•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une stratégie en matière de démence est réclamée en Saskatchewan

Un homme voit sa mémoire s'effriter.

Janvier est le Mois de la sensibilisation à la maladie d'Alzheimer au Canada.

Photo : iStock

Radio-Canada

La présidente-directrice générale de la Société Alzheimer de la Saskatchewan, Joanne Bracken, souhaite élaborer une stratégie en partenariat avec le gouvernement de la Saskatchewan, afin de venir en aide aux quelque 20 000 personnes souffrant de démence ou atteintes de la maladie d’Alzheimer dans la province.

Les mesures sanitaires telles que la distanciation physique ont augmenté l’isolement social de ces personnes ainsi que de leurs soignants, selon Mme Bracken. Les besoins en matière de soins à long terme seraient particulièrement criants.

La province a récemment annoncé la mise en place de quelques mesures, notamment l’ajout de 250 lits spécialisés à Regina, destinés aux personnes souffrant de démence, de problèmes de santé mentale ou de troubles comportementaux.

L’Autorité de la santé de la Saskatchewan prévoit également de mettre en place de telles installations.

La Saskatchewan offre quelques services de soutien aux personnes souffrant de démence ainsi que leurs soignants. Le programme Saskatchewan Aids to Independent Living (Nouvelle fenêtre) offre un soutien matériel et logistique à ces patients.

Les régions de Yorkton et de Melville sont désormais désignées comme des communautés de soutien pour les personnes atteintes de démence.

Il est surtout question de bien saisir la maladie, afin de la démystifier et de maintenir le contact avec les personnes touchées, selon Joanne Bracken.

Quand on comprend la démence, quand on comprend les changements chez ces personnes, on est ensuite outillés pour les soutenir et les aider à avoir une bonne qualité de vie au sein de la communauté.

Avec les informations de Fiona Odlum

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !