•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des locataires de Trois-Rivières menacés d’éviction pourront finalement rester chez eux

Un immeuble à logement de la rue Saint-Roch, à Trois-Rivières.

Un reportage de Marc-Antoine Bélanger

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Des locataires de la rue Saint-Roch, au centre-ville de Trois-Rivières, peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Le propriétaire qui menaçait de les évincer en décembre s’est ravisé. Il souhaitait développer l’immeuble dans le but d’y faire plusieurs logements de type Airbnb.

Dans une version précédente de ce texte et du reportage qui l’accompagne un passage laissait entendre que Gestion 1030 inc n'avait pas le droit de transformer des logements en Airbnb. Or le nouveau règlement de zonage adopté en janvier 2022, permet maintenant aux gestionnaires de le faire.

Gestion DixTrente leur laisse maintenant le choix de rester ou de partir, mais avec une compensation bien plus généreuse que celle présentée le mois dernier.

Désemparée devant la possibilité de devoir quitter son logement, Lynda Rouette est montée au front avec l’appui des autres locataires. Elle a réussi à convaincre le propriétaire après plusieurs échanges.

J’étais vraiment contente […] parce qu’on est une belle gang ici, lance-t-elle.

De leur côté, Marc-André Royal et Simon Laforest s’inquiétaient de devoir encore déménager, six mois après s’y être installés.

Émotivement, ça a été comme un coup de poing. Je me suis dit : pas encore, raconte M. Royal.

On a suffisamment de choses ici pour se divertir, pour être bien, mais à un coût beaucoup moins élevé, donc c’est ça qui nous a attirés ici, ajoute M. Laforest.

Deux hommes à l'extérieur en entrevue à Radio-Canada.

Simon Laforest et Marc-André Royal

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Selon Lynda Rouette, Gestion DixTrente offre 5000 $ aux locataires qui souhaitent partir en plus de payer les frais de déménagement. Pour l’heure, quatre locataires ont décidé de rester.

« Moi, je reste. Je me suis battue. C’est chez moi ici. Mes voisins restent. On est plusieurs à rester, on est bien heureux. »

— Une citation de  Lynda Rouette, une locataire

Le propriétaire de l’immeuble n’a pour sa part pas répondu aux demandes d’entrevue de Radio-Canada.

Les locataires, qui avaient chacun déposé une plainte au Tribunal administratif du logement, vont la retirer étant donné qu’il y a une entente hors cour.

D'après le reportage de Marc-Antoine Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !