•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants de la N.-É. doivent fournir du travail aux élèves absents

Une classe vide; des crayons en avant-plan.

Les centres régionaux d'éducation et le CSAP rapportent que les absences des étudiants pour la première semaine de retour sont soit normales pour cette période de l'année, soit légèrement supérieures à la moyenne.

Photo : CBC/David Donnelly

Radio-Canada

Le Syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse tente de déterminer si une note envoyée par le ministère de l'Éducation samedi va entraîner des changements dans la façon dont les enseignants doivent travailler.

Les enseignants de toute la province ont reçu une note par courriel samedi soir.

La lettre leur demande de mettre du travail et des devoirs à la disposition des familles dont les enfants sont absents de l'école. Mais le message ne comprend aucun détail sur la manière dont cela devrait être fait.

Je pense qu'un des problèmes soulevés était le manque de détails de la lettre, explique le président du syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse, Paul Wozney.

Vous savez, c'est bien d'écrire des lettres avec des déclarations générales, mais le diable est toujours dans les détails.

Paul Wozney s'inquiète de l'épuisement professionnel des enseignants à une époque où le stress est élevé et où la pénurie de personnel est préoccupante.

Mais la ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance, Becky Druhan, dit que la note ne représente rien de nouveau.

Becky Druhan.

Becky Druhan, ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance en Nouvelle-Écosse et députée de Lunenburg-Ouest, le 12 octobre 2021 à Halifax.

Photo : CBC / Robert Short

Ce que nous demandons aux enseignants n'est rien qu'ils n'aient pas l'habitude de faire, assure-t-elle.

Les enseignants ont l'habitude de s'assurer que les étudiants qui doivent s'absenter ont accès au matériel en classe.

Elle dit que les détails vont fluctuer en fonction de la situation dans chaque classe et chaque école.

Les centres régionaux d'éducation et le Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) rapportent que les absences des étudiants, pour la première semaine de retour, sont soit normales pour cette période de l'année, soit légèrement supérieures à la moyenne.

Mais la lettre envoyée samedi indique que certains élèves doivent rester à la maison en ce moment pour diverses raisons, telles que la maladie ou l'anxiété liée au COVID-19.

Paul Wozney croit que cette note prouve que des parents gardent leurs enfants à la maison par peur du variant Omicron.

« Je dirais que la note est une preuve supplémentaire que le système subit une pression importante »

— Une citation de  Paul Wozney, président du syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse
Le président du Syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse assis à son bureau.

Le président du Syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse, Paul Wozney, est préoccupé par ce qu'il croit être un manque de détails dans la note du ministère de l'Éducation.

Photo : Radio-Canada / CBC

Nous ne sommes qu'à une semaine d'apprentissage en personne et nous commençons déjà à ressentir la pression d'un manque de confiance parentale.

Paul Wozney précise que les devoirs des enseignants en ce qui concerne les élèves absents sont détaillés dans leur convention collective. Il existe donc un moyen de le faire sans violer les droits des enseignants. Ce qui l'inquiète, c'est la marge d'adaptation.

Le président du syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse rapporte qu'il y a une réunion d'un groupe de planification de la continuité de l'apprentissage, lundi matin, avec des personnes du ministère de l'Éducation et des membres du syndicat.

J'espère que cette réunion va donner des directives très, très claires qui vont s'appliquer à toutes les écoles de la province, dit-il.

Avec les informations de Nicola Seguin de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !