•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre skieurs de Nakkertok sélectionnés sur l’équipe relève de Nordiq Canada

Des cours de ski de fond sur le site du club Nakkertok.

Plusieurs des meilleurs talents canadiens en ski de fond ont fait leurs débuts au club Nakkertok, à Gatineau (archives).

Photo : Facebook @Nakkertok

Quatre athlètes du club de ski de fond Nakkertok, à Gatineau, ont été sélectionnés par Nordiq Canada pour prendre part à une tournée de développement qui aura lieu aux États-Unis au cours des deux prochaines semaines. Une délégation formée des 16 meilleurs fondeurs de la relève prendra part à deux étapes du SuperTour, l'une des plus prestigieuses compétitions nord-américaines.

Les skieurs ont été choisis en fonction de leur performance aux finales de la Coupe Canada de l'Est et de l'Ouest, un peu plus tôt cet hiver.

Je suis vraiment fier d'avoir été choisi, ça fait longtemps que je travaille pour être choisi par Nordiq Canada et faire partie de n'importe quel gros événement, confie Benjamin Croteau.

Benjamin Croteau en entrevue à Radio-Canada.

Âgé de 19 ans, Benjamin Croteau s'entraîne avec l'équipe U23 du club Nakkertok.

Photo : Radio-Canada / Ismaël Sy

L'athlète de Cantley sera entouré de visages familiers lors de ce voyage. Les Ottaviennes Katya Semeniuk, Sophie Tremblay et Lea Skerrett se sont également taillé une place.

Mon objectif pour cette saison, c'était de me faire sélectionner pour ces courses-là, d'aller au SuperTour, c'était un de mes gros objectifs, affirme Skerett.

Je veux me rendre le plus loin possible dans le monde du ski et c'est un grand pas dans la bonne direction. Ça me rapproche du circuit international, souligne pour sa part Katya Semeniuk.

Katya Semeniuk lors d'une compétition.

Katya Semeniuk a récemment déménagé à Canmore, en Alberta, afin d'y poursuivre sa carrière sportive.

Photo : Gracieuseté : VR 45 Photography

La délégation canadienne se rendra d'abord à Lake Placid en vue d'une première compétition le 29 janvier, puis à Craftsbury, où d'autres courses s'amorceront le 4 février. Les représentants de l'unifolié y seront confrontés à la crème de la crème des fondeurs de la relève nord-américaine.

Je pense que le niveau va être un peu plus élevé qu'ici pis ça va être un bon test de ma forme, anticipe Benjamin Croteau.

Les courses vont être beaucoup plus grosses, particulièrement lors des départs de masse. Il y aura plus de skieurs, alors ce sera un défi différent de ce à quoi on est habitué, explique Semeniuk.

Avec peu de compétitions dans les jambes au cours des 21 derniers mois, les skieurs canadiens devront trouver une façon d'optimiser la gestion de leur énergie.

Rendu là, tout le monde va être en forme, mais il faudra être capable d'enfiler deux fins de semaine de courses suite en donnant tes meilleures performances. À cause du contexte de la pandémie, on a pas été capable de le faire l'année passée, rappelle Lea Skerrett.

Lea Skerrett lors d'une compétition.

Lea Skerrett poursuit actuellement son développement avec l'équipe de ski de fond de l'Université Laval, à Québec.

Photo : Gracieuseté : Doug Stephen

Peu importe les résultats qu'obtiendront ces athlètes, le club Nakkertok peut se targuer d'être le seul au pays avec trois Olympiens et quatre membres sur l'équipe de relève.

Déjà, avec Antoine Cyr, [Laura Leclair] et Katherine Stewart-Jones qui vont aux Olympiques, la région de l'Outaouais a vraiment de bons skieurs et la relève s'en vient aussi, prévient Benjamin Croteau avec un sourire aux lèvres.

Autrement dit, Nakkertok s'établit comme étant une véritable mine d'or de talents pour Nordiq Canada.

Avec les informations de Jonathan Jobin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !