•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Risques élevés de glissements de terrain : des résidents de Shawinigan forcés d’évacuer

Le quartier Almaville, à Shawinigan.

Le quartier Almaville, à Shawinigan

Photo : Radio-Canada / François Genest

Radio-Canada

En décembre dernier, des citoyens de la rue Boisclair, dans le quartier Almaville, à Shawinigan, ont appris qu'ils devaient quitter leurs résidences en raison d'un danger imminent de glissement de terrain. Tout un choc pour certains d'entre eux, qui disent n'avoir jamais été informés du fait que le problème était connu dans le secteur.

Des propriétaires estiment avoir été gardés dans le noir.

De savoir que n'importe quand, la nuit ou le jour, ça aurait pu débouler, ça fait peur, indique une locataire sur la rue Boisclair, Nathalie Roussil. C'est frustrant aussi!

Les résidents ont appris, par le biais d'un rapport de la Sécurité civile daté du 20 décembre dernier, qu'ils vivent dans un secteur où la fréquence des désordres géotechniques est exceptionnellement élevée. Le rapport fait aussi état de quatre glissements de terrain depuis 1981.

Le rapport a été commandé en octobre dernier à la suite d'un glissement de terrain.

Les plus récents avis d'évacuation remontent à juillet et novembre 2021.

La Ville de Shawinigan affirme avoir eu l'information en même temps que les résidents. Lors de précédents rapports, la conseillère du district indique que les résidences n'étaient pas considérées comme étant à risque.

Dans le quartier, c'est connu parce qu'il y en a eu [des glissements de terrain] depuis une dizaine d'années, dit la conseillère du district, Josette Allard Gignac.

« Moi, je suis étonnée de savoir que les gens ne le savaient pas. Ce n'est pas caché. C'est connu même. »

— Une citation de  Josette Allard Gignac, conseillère municipale du District Almaville

Les résidents ont jusqu'au 15 mars pour quitter leur logement.

La Sécurité civile leur offre 1000 $ en compensation pour déménager, mais ils estiment que c'est trop peu et réclament davantage d'aide.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !