•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PLQ veut créer une escouade de déconfinement pour obtenir plus de prévisibilité

Dominique Anglade en point de presse à l'Assemblée nationale.

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Afin de permettre aux Québécois de prévoir ce qui les attend au cours des prochaines semaines et des prochains mois en contexte de pandémie, le Parti libéral propose de créer une escouade qui aurait pour tâche d'élaborer un plan de déconfinement.

La cheffe Dominique Anglade estime qu'il est temps que les Québécois apprennent à vivre avec le virus et que le gouvernement Legault cesse de gérer la pandémie comme une crise à la petite semaine. Pour y arriver, elle réclame la création d'une unité spéciale qui porterait le nom de COVIE-19 et elle soumet même au gouvernement un logo et un slogan qui se lirait comme suit : Collaborons pour mieux vivre avec le virus.

Le logo de l'unité spéciale dont la création est proposée par les libéraux.

Les libéraux ont imaginé ce logo accompagné d'un slogan pour l'unité spéciale qu'ils veulent voir créée.

Photo : Parti libéral du Québec

Cette unité spéciale aurait comme objectif de déterminer les mesures sanitaires à mettre en œuvre pour assurer la relance rapide et sécuritaire de l'économie. Un plan devrait être élaboré pour chacun des secteurs puisque le monde des affaires, la restauration, la culture, le milieu manufacturier, les écoles et les lieux de culte n'ont pas les mêmes défis à relever.

Elle aurait aussi le mandat d'établir des calendriers d’approvisionnement en matériel médical, en médicaments, en tests de dépistage et en équipement d’aération, en plus de mettre sur pied un réseau de distribution à domicile, dans les écoles et dans les entreprises. Elle serait de surcroît responsable de la planification des campagnes de vaccination.

Cette escouade existerait tant et aussi longtemps que le virus sera là.

Ce qu’il faut faire, c’est mettre un terme à une gestion qui fait en sorte que, de point de presse en point de presse, on apprend ce qui va se passer le lendemain sans aucune prévisibilité, a lancé Dominique Anglade en conférence de presse dimanche matin pour préciser son plan.

La cheffe libérale réclame donc des « dates, des critères et des protocoles » pour permettre aux divers secteurs économiques de prévoir quand et comment ils pourront reprendre leurs activités. Elle demande également qu'un plan soit déterminé à l'avance pour savoir comment réagir quand d'autres vagues de contamination viendront à frapper.

Il faut rouvrir mais surtout se donner les moyens de ne pas refermer, dit-elle.

On ne peut plus continuer de jouer au yoyo comme ça avec les Québécois.

Une citation de Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec

Appelé à réagir, le cabinet du ministre de la Santé, Christian Dubé, dit être déjà en contact constant avec les secteurs touchés par les fermetures.

Créer une nouvelle structure à ce stade-ci ne ferait qu’alourdir les choses, soutient-il par courriel.

Par ailleurs, les libéraux reprochent au gouvernement de n'avoir que des experts en santé et en communication au sein de la cellule de crise actuelle. L'escouade qu'ils imaginent serait donc composée de représentants des divers ministères concernés. Des fonctionnaires des ministères de l'Économie, de l'Éducation, de la Culture et du Tourisme, par exemple, seraient réunis pour travailler en collaboration avec les principaux acteurs du terrain, par exemple le Conseil du patronat ou l'Union des artistes.

Un comité scientifique indépendant, dirigé par le scientifique en chef du Québec, serait aussi formé pour guider les membres de l'unité dans leurs décisions sur le plan scientifique.

Le Parti libéral réclame aussi une fois de plus une séparation claire entre les acteurs politiques et la santé publique, notamment grâce à des points de presse séparés et à des recommandations écrites, consultables et produites par la deuxième instance.

Dominique Anglade fait cette proposition à François Legault deux jours après avoir décidé de ne plus participer à la réunion hebdomadaire au cours de laquelle le premier ministre s'entretient avec les chefs des partis d'opposition pour faire le point sur la situation et pour entendre leurs suggestions.

Le gouvernement est critiqué de toute part depuis qu'il a annoncé que, contrairement à l'Ontario, il ne compte pas assouplir les mesures sanitaires pour le moment. La pression est forte! a lancé le premier ministre Legault en conférence de presse jeudi dernier.

Un mouvement de désobéissance civile prend forme chez les restaurateurs alors que certains d'entre eux menacent d'ouvrir illégalement leur salle à manger le 30 janvier. Les fédérations sportives plaident pour la reprise rapide de leurs activités, jugées essentielles pour le moral des jeunes, et la Table interreligieuse du Québec réclame la réouverture des lieux de culte en faisant valoir que, pour les personnes croyantes, la prière constitue un important soutien à la santé mentale.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.