•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Complètement vacciné » : deux ou trois doses?

Une infirmière administre une dose de vaccin à une personne.

Les Ontariens sont « complètement vaccinés » à partir du moment où ils ont reçu deux doses.

Photo : Radio-Canada / Djavan Habel-Thurton

Radio-Canada

Le directeur scientifique d’un comité qui conseille le gouvernement ontarien demande à la province de modifier ses critères pour que trois doses soient nécessaires pour être considéré comme complètement vacciné. Le premier ministre a déjà déclaré cette semaine qu’il ne prévoyait pas le faire.

Recevoir deux doses protège encore bien contre les risques d’hospitalisation et d’admission aux soins intensifs, mais le risque d’être infecté demeure, a déclaré dans une entrevue à CBC le Dr Peter Jüni, du groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19.

Le Dr Jüni rappelle que le but du certificat de vaccination n’était pas seulement d’éviter des hospitalisations, mais aussi de prévenir la transmission du coronavirus dans les endroits où le risque était élevé.

Ce deuxième objectif est devenu beaucoup plus difficile à atteindre avec l’arrivée du très contagieux variant Omicron.

Selon les données publiées par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), les deux doses des vaccins Pfizer et Moderna n’offrent pas un niveau de protection suffisant contre les variants Omicron et Delta. Cependant, une troisième dose démontre une efficacité dans la protection contre les symptômes de ces deux variants.

Pas de changement prévu

Le gouvernement ontarien a annoncé jeudi que les restaurants, les bars et les centres d'entraînement pourront rouvrir dès le 31 janvier, mais seront limités à 50 % de leur capacité d'accueil.

Le premier ministre ontarien Doug Ford a déclaré à cette occasion qu'il ne comptait pas pour le moment exiger que les gens aient reçu leur dose de rappel pour obtenir leur passeport vaccinal.

Plus tôt en janvier, l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, avait déclaré que les responsables fédéraux de la santé n'envisageaient pas non plus de changement.

Le Dr Juni estime pourtant que, puisque le variant Omicron est dominant, il serait logique d'exiger la troisième dose pour que les gens soient considérés comme complètement vaccinés.

Selon Prabhat Jha, épidémiologiste à l’Hôpital St. Michael de Toronto, un changement des doses requises pourrait engendrer de la confusion.

Nous ne savons pas encore si nous aurons besoin d’une dose annuelle, a-t-il expliqué.

Un centre de vaccination.

Le Dr Prabhat Jha de l’Hôpital St-Michael croit plutôt que les lignes directrices devraient varier selon le contexte.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le Dr Jha croit que la province devrait plutôt fournir des lignes directrices liées aux différents contextes.

Il souligne que trois doses devraient être la norme dans les centres de soins de longue durée ainsi que dans les hôpitaux, mais que deux doses sont suffisantes dans les bars, les restaurants et les installations sportives quand les taux de transmission ne sont pas élevés dans la province.

Les deux doses devraient être suffisantes pour atteindre notre objectif d'une relance économique et de reprise de la vie sociale, a-t-il ajouté.

D'après les informations de Lisa Xing de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !