•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les examens ministériels prévus la semaine prochaine sont remis au printemps

Des élèves retournent en classe à l'école secondaire King George Secondary School à Vancouver.

Les examens ont été repoussés aux mois d'avril et juin.

Photo : Ben Nelms/CBC

Radio-Canada

Les examens provinciaux, prévus à partir de lundi pour les élèves de 10e et 12e années, sont remis aux mois d'avril et juin, indique le ministère de l’Éducation de la Colombie-Britannique.

Durant les derniers mois, l’administration des évaluations provinciales pour les 10e et 12e années a été grandement affectée par des problèmes de personnel dû à la COVID-19, écrit le ministère dans une déclaration.

Ainsi, les examens d’alphabétisme et d’arithmétique, prévus la semaine prochaine, sont repoussés tandis que les évaluations des élèves de 12e année qui terminent leurs études plus tôt cette année sont simplement annulées.

Selon le ministère de l’Éducation, environ 150 élèves prévoient d'obtenir leur diplôme plus tôt. Autrement dit, une fois leur session terminée, ils auront les prérequis pour terminer leurs études secondaires.

Il ne manquera que les examens finaux pour qu'ils puissent obtenir leur diplôme, ce qui, assure le ministère, n’aura aucun impact sur l’admissibilité de ces élèves à des études supérieures.

Aucun élève de 12e année qui est sur le point d’obtenir son diplôme pour l’année 2021-2022 ne sera négativement touché par cette annulation, assure le ministère.

Entre soulagement et frustration

L’étudiante en 12e année à l’école Abbotsford Senior Secondary, Mia Gill, se dit soulagée de cette décision, mais également agacée, car beaucoup d’élèves ont travaillé fort pour préparer ces examens.

Il y a une sorte d’effervescence qui entoure ces examens et pour beaucoup de gens, c’est important, dit-elle en ajoutant toutefois qu'elle pourra désormais se concentrer sur des travaux plus pressants.

Si les problèmes liés à la pandémie sont compréhensibles, le moment est mal choisi, souligne l’enseignante en études sociales à l’école secondaire Salish de Surrey, Nicole Jarvis.

Lorsque des décisions sont prises à la dernière minute, il devient d’avoir confiance au ministère, affirme-t-elle en expliquant que beaucoup de préparation est faite en amont des examens, notamment pour la gestion de l’espace et du stress.

Cela requiert beaucoup d’énergie pour arriver à gérer toute la logistique derrière ces examens provinciaux, illustre Nicole Jarvis.

D'après la présidente de la Fédération des enseignants de la Colombie-Britannique, Teri Mooring, le syndicat n’a pas été consulté avant l’annonce, mais que le report des examens de janvier est une décision responsable.

Nous avons une très importante pénurie d’enseignants. Il n’y a simplement pas assez de personnel pour remplacer quelqu'un lorsqu’une personne dans le système de l’éducation tombe malade, souligne-t-elle.

Elle admet que la communication entourant le report des examens n’a pas été des plus adéquates et qu’il aurait été préférable, autant les enseignants que les élèves et leurs parents, que l’annonce soit faite beaucoup plus tôt.

D'après les informations de Baneet Braich

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !