•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Eastern Mavericks d’Adélaïde recrutent deux Gee-Gees de l’Université d’Ottawa

Montage photo des deux joueuses avec les logos des Gee-Gees et des Eastern Mavericks.

Brigitte Lefebvre-Okankwu (à gauche) en sera à une deuxième expérience professionnelle, alors qu'Oksana Gouchie-Provencher vient de signer son premier contrat.

Photo : Radio-Canada / Montage photo : Ismaël Sy

Les Eastern Mavericks d'Adélaïde, en Australie, ont décidé de faire leurs emplettes chez les Gee-Gees de l'Université d'Ottawa pour améliorer leur équipe de basketball féminin cet hiver. Oksana Gouchie-Provencher et Brigitte Lefebvre-Okankwu traverseront bientôt l'océan Pacifique pour rejoindre le club qui évolue en NBL1, la deuxième division australienne.

Le processus de recrutement a été facilité par le fait que les deux joueuses partagent le même agent.

Il m'a trouvé une opportunité en Australie et j'ai vite décidé. Je n'ai pas hésité pis j'ai saisi cette opportunité-là, explique Gouchie-Provencher, qui vivra ainsi sa première expérience professionnelle à l'âge de 24 ans.

Ce n'était pas le plan que j'aille dans la même équipe qu'Oksana, mais quand cette occasion-là s'est présentée et que c'était vraiment un bon contrat, j'ai dit pourquoi pas?, enchaîne Lefebvre-Okankwu.

La Gatinoise s'attend à affronter des adversaires plus aguerries que ça n'a été le cas aux Émirats Arabes unis l'an dernier, où elle avait complètement éclipsé la compétition.

Il faut souligner que les Australiens sont friands de basketball. Le pays figure au 3e rang mondial chez les hommes et chez les femmes. Les porte-couleurs des Gee-Gees se préparent donc à y découvrir un niveau de jeu relevé, mais surtout, une ambiance électrisante lors des matchs.

On nous a raconté comment les gradins sont tout remplis, donc j'ai vraiment hâte d'expérimenter cette ambiance-là. Je m'ennuie un peu de jouer en ayant des personnes qui apprécient un sport qu'on aime tant, poursuit la Nigério-Canadienne.

Les Eastern Mavericks ont connu une saison difficile en 2021, terminant au 8e échelon sur 10 équipes avec une maigre récolte de 5 victoires en 18 sorties. Les basketteuses ottaviennes sont convaincues que les triomphes seront bien plus nombreux en 2022.

C'est certain. On va là-bas pour gagner, pour performer, donc en Australie, ils devraient avoir un peu peur, parce qu'on arrive avec beaucoup d'énergie!, rigole Lefebvre-Okankwu.

Le coach m'a dit que c'est une équipe qui veut pousser la balle et jouer en transition. Brigitte et moi, c'est ce qu'on amène. On aime jouer vite, donc je suis certaine qu'on va s'intégrer rapidement dans l'équipe, affirme la Montréalaise.

Les Gee-Gees d'abord

Avant de s'envoler pour le pays des kangourous, Brigitte et Oksana veulent surtout avoir la possibilité de conclure leur saison avec les Gee-Gees sur une bonne note. Cependant, la tenue des championnats provinciaux et nationaux est en péril en raison du variant Omicron.

On ne va peut-être pas jouer la moitié de nos matchs, donc j'espère, mais je ne veux pas trop espérer pour ne pas être déçue, confie la Gatinoise.

La compétition nationale doit avoir lieu à l'Université Queen's du 10 au 13 mars. Le report du tournoi universitaire à une date ultérieure est une possibilité. Cela permettrait aux universitaires de disputer certaines joutes annulées au cours des dernières semaines.

Dans une telle éventualité, les Eastern Mavericks d'Adélaïde feraient preuve de flexibilité pour accommoder leurs deux nouvelles recrues.

Le club est 100 % d'accord qu'on termine notre saison avec les Gee-Gees. La saison en Australie ne débute pas avant le 9 avril, donc on aurait l'occasion de terminer avec notre équipe et ensuite rejoindre l'Australie, confirme Gouchie-Provencher.

La bonne nouvelle, c'est que les équipes sportives universitaires de l'Ontario viennent tout juste d'avoir le feu vert de la province. Elles pourront reprendre l'entraînement le 31 janvier et les matchs, dès le 9 février.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !