•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse » en Ukraine

De soldats et un chien marchent dans un chemin ennneigé.

Des soldats ukrainiens rejoignent leur position à la frontière où plus de 100 000 soldats russes sont déployés, prêts à entrer en Ukraine.

Photo : AP / Andriy Andriyenko

Agence France-Presse

Le Royaume-Uni a accusé samedi la Russie de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev » et d'« envisager » d'« occuper » l'Ukraine au lendemain de pourparlers américano-russes, des accusations qualifiées d'« absurdités » par Moscou.

Nous appelons le Foreign Office à cesser de propager des absurdités, a réagi dimanche le ministère russe des Affaires étrangères sur Twitter.

Dans un communiqué abrasif, la cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss a dénoncé l'ampleur de l'activité russe visant à ébranler l'Ukraine. Selon nos informations, le gouvernement russe cherche à installer un dirigeant prorusse à Kiev, tandis qu'il envisage d'envahir et d'occuper l'Ukraine, a-t-elle ajouté.

Le ministère des Affaires étrangères affirme que l'ex-député ukrainien Ievgeniï Mouraïev est considéré comme un candidat potentiel, mais il n'est pas le seul : les services de renseignement russes entretiennent des liens avec de nombreux anciens hommes politiques ukrainiens.

La diplomatie britannique évoque ainsi les noms de Serguiï Arbouzov (le premier vice-premier ministre de l'Ukraine de 2012 à 2014, puis premier ministre par intérim), d'Andriï Klouïev (qui dirigeait l'administration présidentielle de l'ex-chef de l'État ukrainien Viktor Ianoukovitch), de Volodymyr Sivkovytch (ancien secrétaire adjoint du Conseil national de sécurité et de défense ukrainien) ou encore de Mykola Azarov (premier ministre de l'Ukraine de 2010 à 2014).

Certains d'entre eux sont en contact avec des agents des services de renseignement russes actuellement impliqués dans la planification d'une attaque contre l'Ukraine, accuse le ministère.

Pour les États-Unis, ces accusations sont profondément préoccupantes.

Ce genre de complot est profondément préoccupant. Le peuple ukrainien a le droit souverain de déterminer son propre avenir, et nous sommes aux côtés de nos partenaires démocratiquement élus en Ukraine, a déclaré Emily Horne, porte-parole du Conseil national de sécurité à la Maison-Blanche.

Liz Truss.

Liz Truss, ministre britannique des Affaires étrangères.

Photo : Reuters

Le scénario selon lequel la Russie pourrait s'emparer de son voisin a, à cet égard, été qualifié d'ineptie par le chef de la Marine allemande, le vice-amiral Kay-Achim Schönbach. Dans la soirée, ce commentaire lui a valu l'annonce, par le ministère allemand de la Défense, de sa démission.

Ces déclarations britanniques surviennent quelques heures seulement après que le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, eut accepté une rencontre avec son homologue britannique, Ben Wallace. M. Choïgou a proposé que la rencontre ait lieu à Moscou.

Cette réunion bilatérale, la première depuis 2013, a pour but d'explorer toutes les voies pour parvenir à la stabilité et à un règlement de la crise ukrainienne, a déclaré samedi une source au ministère britannique de la Défense.

Positions irréconciliables

Accusé par les Occidentaux d'avoir massé des dizaines de milliers de soldats à la frontière ukrainienne en vue d'une attaque, le Kremlin dément toute intention belliqueuse, mais lie une désescalade à des traités garantissant notamment le non-élargissement de l'OTAN, en particulier à l'Ukraine.

Inacceptable, répliquent les Occidentaux, qui menacent la Russie de sévères sanctions en cas d'attaque.

Le ton monte entre la Russie et l'Occident au sujet de l'Ukraine. Ce soir, Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant pro russe à Kiev ». Des accusations que les États-Unis jugent profondément préoccupantes. Sur le terrain, les premières livraisons américaines de matériel militaire sont arrivées alors que Washington amorce l'évacuation d'une partie de son personnel diplomatique. Reportage de Gabrielle Proulx.

Malgré des positions pour l'instant irréconciliables, une détente s'était amorcée vendredi entre les Occidentaux et Moscou après plusieurs semaines d'escalade verbale, à l'occasion de pourparlers à Genève entre les chefs des diplomaties russe et américaine, Sergueï Lavrov et Antony Blinken.

Les deux ministres ont convenu vendredi de poursuivre la semaine prochaine leurs francs pourparlers, faisant espérer au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qu'une invasion de l'Ukraine ou une incursion militaire sur son territoire n'arrivera pas.

Ces affirmations britanniques rejoignent certaines informations américaines.

Jeudi, les États-Unis avaient imposé des sanctions à quatre Ukrainiens, dont deux députés en exercice, accusés de travailler avec les services secrets russes (FSB), invoquant leurs activités déstabilisatrices en Ukraine.

La décision du Trésor américain vise non seulement les parlementaires Taras Kozak et Oleg Volochine – accusés notamment d'avoir été chargés par le FSB de recruter d'anciens et actuels responsables gouvernementaux pour se préparer à prendre le contrôle du gouvernement ukrainien– mais aussi Volodymyr Sivkovytch, cité dans le communiqué britannique.

La Maison-Blanche estime qu'une attaque pourrait désormais survenir à tout moment.

La cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss a mis en garde samedi Vladimir Poutine contre l'erreur stratégique majeure que constituerait toute incursion militaire russe en Ukraine, menaçant son pays de représailles avec des coûts sévères.

Vendredi déjà, Mme Truss avait exhorté la Russie à la désescalade au cours d'une visite à Sydney, prévenant qu'une invasion ne mènerait qu'à un terrible bourbier et à des pertes humaines, comme pendant la guerre d'Afghanistan du temps de l'URSS et les conflits en Tchétchénie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !