•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procréation assistée : le ministre Carmant convie les médecins à un comité

Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux.

Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roussel

Le conflit entre le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux et les cliniques de fertilité privées perdure depuis novembre. C’est sur Twitter que Lionel Carmant a choisi d’annoncer la création d’un comité « afin d'essayer de dénouer l’impasse ».

Ce comité sera chargé de réviser la subvention de la composante technique et il mènera un blitz d’analyse au cours des prochains jours pour en venir à une analyse réelle des coûts des cliniques et à une entente avec les cliniques, écrit le ministre.

En réponse à nos questions, samedi après-midi, le cabinet de M. Carmant précise que la démarche devrait être rapide. Si tous collaborent bien, on parle de quelques jours, mentionne son attachée Sarah Bigras.

Le cabinet du ministre confirme que les cliniques ne reprendront pas les services de procréation assistée pendant les négociations.

Gratuité du traitement

Cet automne, le gouvernement annonçait le retour de la gratuité de la fécondation in vitro (FIV), un programme qui avait été coupé sous les libéraux de Philippe Couillard.

Ce qui devait être une bonne nouvelle est finalement perçu comme un énorme obstacle pour les couples et les femmes en attente de ce type de traitement pour fonder une famille.

Puisque les cliniques privées estiment que le gouvernement ne les rembourse pas suffisamment pour les services qu’ils rendent aux patientes, ils ont mis un frein à la procréation assisté, le temps que se règle le conflit.

D’après le Dr Pierre Miron, fondateur de la clinique Fertilys, le gouvernement octroie 3900 $ pour la composante technique aux centres privés, alors qu’il donne 4770 $ pour le même acte au public.

Médecins spécialistes et fertologues

Le message Twitter du ministre Carmant précise que la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), l'Association des obstétriciens et gynécologues du Québec ainsi que l’Association des fertologues du Québec (AFQ) seront membres du comité qu’il vient de lancer.

Par courriel, la FMSQ soutient être heureuse de la formation de ce comité. Elle ne souhaite cependant pas commenter davantage et laisser le comité faire son travail.

De son côté, l'AFQ a publié un message sur les réseaux sociaux en parlant de nouvelles encourageantes à partager.

Au cours des prochaines semaines, nous aurons l’occasion de discuter de différentes solutions avec le ministre et, par le fait même, de faire valoir que les centres de procréation assistée privés ont à cœur de proposer le meilleur service de qualité à leurs patients, poursuit l'association.

Infertilité Québec fait pression

Céline Braun, présidente de l'Association infertilité Québec, est satisfaite de voir que le dossier chemine. C'est un pas dans la bonne direction, dit-elle.

Mme Braun aurait préféré, par contre, que les cliniques reprennent leur service pendant les discussions. Elle craint que ça dure encore plusieurs semaines.

L'organisme se prépare même à utiliser des outils juridiques, comme une injonction, pour forcer les cliniques à offrir la fécondation in vitro.

L'association se donne encore jusqu'au 31 janvier avant de prendre une décision.

Avec la collaboration de Marie-Pier Mercier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !