•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Collision navale sur le fleuve Saint-Laurent à Québec

Le brise-glace Pierre Radisson navigue sur le fleuve Saint-Laurent, quelques secondes avant d'être percuté par un vraquier.

Le brise-glace Pierre Radisson (à gauche) a été percuté par le vraquier Federal Crimson, à droite.

Photo : Gracieuseté : André Nadeau

L'imposant vraquier Federal Crimson est entré en collision avec la poupe du brise-glace Pierre Radisson samedi à Québec. Selon les premières informations de la Garde cotière canadienne, la densité du couvert de glace pourrait expliquer l'incident.

L'incident est survenu vers 10 h 30 à la hauteur de Sainte-Foy, près des ponts, alors que le plus petit des deux navires escortait le transporteur sur les eaux glacées du fleuve.

La coque du NGCC Pierre Radisson a été abîmée par l'impact, selon Marie-Ève Caron, porte-parole de la Garde côtière canadienne, qui précise qu'aucune infiltration d'eau n'a été détectée à bord et que personne n'a été blessé lors de l'incident.

La Garde côtière confirme que les deux navires ont été abîmés, mais ne pouvait détailler l'ampleur des dégâts. Or, vers 19 h samedi soir, le vraquier de Singapour, le Federal Crimson, se trouvait au large de Bécancour selon le site Marine Traffic. Le brise-glace Pierre Radisson se trouvait quant à lui dans le port de Québec.

132ef60313bb4714bbdb899119d2ab92

L'impact a été filmé en direct par André Nadeau, un résident de Lévis.

Photo : Radio-Canada / Philippe Kirouac

La circulation maritime a été interrompue sur le fleuve Saint-Laurent pendant plus d'une heure. La navigation a repris vers midi.

Couvert de glace

Pour l'instant, la Garde côtière croit que la densité de la glace a pu causer l'arrêt soudain du brise-glace.

La glace était en arrêt donc on peut tout de suite croire qu'il y avait une bonne pression dans la glace. C'est possiblement ce qui a causé l'arrêt du brise-glace, avance Isabelle Pelchat, surintendante du programme de déglaçage escorte et contrôle des inondations pour la Garde côtière canadienne.

Ce n'est pas fréquent. Par contre, c'est un risque lors d'escorte de navire. On va vraiment évaluer les distances selon les capacités des deux navires, selon les conditions de glace. Il arrive parfois qu'il y ait des évènements du genre, ajoute-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !