•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non-respect des restrictions : des mères en font les frais dans une PN du Manitoba

Des voitures avec des personnes au loin.

Les femmes ont fait l'objet d'un contrôle des policiers à leur retour dans la Nation crie Nisichawayasihk.

Photo : Facebook/Caitlin Francois

Radio-Canada

La Nation crie de Nisichawayasihk, dans le nord du Manitoba, a essuyé de nombreuses critiques de la part de ses membres après avoir tenté d’empêcher un groupe de mères, accusées de non-respect des mesures sanitaires en vigueur, de revenir dans la communauté.

Jeudi, les femmes de la Première Nation étaient allées acheter des couches, des produits d'épicerie et d'autres articles essentiels à Thompson, une ville du nord de la province, et se sont d'abord vu refuser le retour dans la communauté.

Ce voyage de ravitaillement constituait une violation des restrictions actuelles de la Nation crie de Nisichawayasihk en matière de confinement, en vigueur depuis le 23 décembre 2021. Elles interdisent aux gens de quitter leur domicile et la communauté afin de freiner la propagation du virus.

À leur retour à bord de quatre véhicules différents, ces femmes ont été accueillies à l'entrée de la communauté par la GRC et par des agents de sécurité des Premières Nations (AFPN).

Caitlin François, une mère de six enfants, a diffusé en direct l’incident, qui a duré une heure, dans les médias sociaux, ce qui a incité certains membres de la communauté à sortir et à aider les femmes retenues au poste de contrôle.

On pense pouvoir sortir pour subvenir aux besoins de sa famille et ils donnent l'impression que c'est un crime de le faire, a-t-elle critiqué.

Si nous avons pu passer, c'est uniquement parce que les personnes qui nous ont soutenues nous ont aidées à passer, a déclaré Yolanda Hartie, la sœur de Mme François, qui craint les conséquences de cette violation des restrictions. 

Protéger la communauté

Le chef de la Nation crie de Nisichawayasihk, Marcel Moody, a indiqué que le but consiste à protéger la communauté contre la propagation de la COVID-19.

Nous faisons de notre mieux pour répondre aux besoins de notre population, a déclaré M. Moody.

En vertu des restrictions actuellement en vigueur, l'épicerie et la station-service de la communauté sont fermées au public. La Première Nation a désigné sept personnes chargées de faire les courses pour les quelque 2300 membres de la communauté.

La communauté a également distribué des paniers de nourriture pour aider les gens à faire face aux dernières restrictions, mais une des femmes indique que les paniers ne contiennent pas assez de nourriture pour les familles, en particulier pour celles qui vivent dans des foyers plus grands.

La communauté est aux prises avec une épidémie depuis le mois de décembre. Jusqu'à présent, 185 cas ont été recensés, dont 15 nouveaux cas annoncés jeudi.

Aucun décès n’est enregistré pour l'instant.

Ce week-end, la Première Nation a l’intention de permettre exceptionnellement aux résidents de se rendre à Thompson pour faire des achats essentiels. Les restrictions rentreront de nouveau en vigueur par la suite.

Quant aux femmes, le chef Marcel Moody a ajouté que les dirigeants de la communauté sont encore en train d'évaluer les sanctions éventuelles.

Dans un courriel à CBC, la caporale Julie Courchaine, de la GRC, a déclaré que la police fédérale de Nelson House a simplement répondu à un rapport d'assistance à un poste de contrôle de la Nation crie Nisichawayasihk.

Alors que la situation commençait à s'envenimer, les agents de police des Premières Nations ont pris la décision de laisser passer les véhicules. Aucun acte criminel n'a été commis et les agents de la GRC n'étaient là que pour maintenir l'ordre, indique-t-elle.

Avec les informations de Lenard Monkman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !