•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La consommation d’alcool dans les parcs à nouveau permise cet été à Edmonton?

La question sera à l'ordre du jour d'une réunion de comités fin janvier, avant un vote du conseil municipal.

Deux personnes assises dans un parc ensoleillé.

L'an dernier, la consommation d'alcool était autorisée dans des aires de pique-nique de certains parcs seulement (archives).

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

Radio-Canada

L’ancien conseiller municipal à l'origine de l’initiative estime que la Ville d’Edmonton devrait à nouveau permettre la consommation d’alcool dans certains parcs cet été et même augmenter le nombre de sites concernés.

L’an dernier, du 28 mai au 11 octobre, la consommation d'alcool était autorisée dans 47 aires de pique-nique réparties dans 7 parcs.

Je pense que le projet pilote a été un franc succès, a déclaré cette semaine Jon Dziadyk, ancien conseiller municipal. Le grand public et le conseil municipal ont été surpris du niveau de tolérance que les gens ont eu envers ce projet.

Jon Dziadyk qui a perdu son siège lors des élections d’octobre dernier espère que la Ville étendra le projet à plus de lieux désignés.

2450 infractions

Des comités municipaux doivent étudier le bilan du projet pilote lors d’une réunion le 31 janvier. Après cela, le conseil municipal devra voter s’il souhaite renouveler ou étendre le projet pilote.

Il peut aussi décider de créer un règlement municipal qui autorise de manière permanente la consommation d'alcool dans certaines aires désignées.

Le bilan du projet pilote a été publié sur le site Internet de la Ville d'Edmonton cette semaine.

On peut y lire qu’en 3 mois, les agents de la paix qui ont inspecté les sites concernés ont rapporté 2450 infractions.

Environ 1900 d'entre elles étaient liées à des personnes consommant de l'alcool en dehors des sites autorisés. 

Les autres concernaient d'autres comportements tels que le fait de laisser des déchets derrière soi, ne pas tenir son chien en laisse, consommer du cannabis ou encore ne pas respecter les limites de rassemblements imposées par la santé publique.

De la confusion

Le bilan présente également les résultats d’un sondage effectué en novembre par la Ville. Au total, 3868 personnes y ont répondu. Parmi les répondants, 50 % aimeraient voir le projet étendu. Dans le même temps, près de 20 % des sondés préfèreraient que la Municipalité interdise l'alcool dans les parcs.

La conseillère municipale Jo-Anne Wright pense que le fait que l'alcool était autorisé à certains endroits et pas à d’autres a créé de la confusion.

Les agents de la paix ont remis 245 avertissements à des gens qui s'étaient vu assigner une aire de pique-nique, mais qui consommaient de l'alcool en dehors de l'espace désigné ou après 21 h.

Si le conseil municipal étend le projet pilote ou crée un règlement pour autoriser l'alcool de façon permanente, elle pense qu’il faudra simplifier les choses. 

Selon elle, l’alcool pourrait être autorisé dans certains parcs en entier et non plus au niveau de certaines aires de pique-nique seulement.

Malgré tout, la conseillère municipale ne dit pas si elle pense que la Ville devrait prolonger le projet pilote ou permettre la consommation d’alcool dans tous les parcs.

Elle met en avant certaines inquiétudes, telles que les questions de coût et de sécurité notamment. 

Selon le bilan du projet pilote, avoir deux agents de la paix pour patrouiller dans les parcs coûte environ 350 000 $ par an, en incluant le coût de leur équipement. Mme Wright reconnaît que le travail de ces agents ne se limite pas à surveiller les gens qui consomment de l'alcool et donc à ce programme.

D'après les informations de Natasha Riebe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !