•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six films francophones très attendus en 2022

Deux hommes et une femme se tiennent debout dans une cuisine, affichant un air dévasté.

Patrick Hivon, Monia Chokri et Steve Laplante dans le film «Babysitter», qui est présenté en première mondiale ce samedi au Festival du film Sundance.

Photo : Maison 4:3

Jozef Siroka

L’enthousiasme des cinéphiles québécois a été quelque peu freiné par l’annonce de la fermeture des cinémas par le gouvernement provincial le mois dernier.

En attendant la réouverture des salles obscures, voici la première partie d’un survol de ce que nous réserve le 7e art en 2022, qui porte sur les films francophones à venir.

Il est à noter que, en raison de l’incertitude générée par la pandémie mondiale, les calendriers de distribution ont été chamboulés. Tous les films mentionnés ci-dessous doivent en principe sortir en salle ou être diffusés sur des plateformes de diffusion en continu cette année, mais seulement quelques-uns se sont vu attribuer une date de sortie précise.

Avec amour et acharnement, de Claire Denis

La cinéaste Claire Denis pose au Festival de Venise.

Claire Denis

Photo : nicolas genin, Paris, France

La cinéaste française de renom, connue pour ses explorations intimistes et impressionnistes de la condition humaine, a adapté le roman Un tournant de la vie, de Christine Angot. Cette écrivaine spécialisée dans l’autofiction, très médiatisée en France, est source de nombreuses polémiques, mais également lauréate de plusieurs prix littéraires prestigieux.

Avec amour et acharnement est le récit d’une femme parisienne qui habite avec son copain, un ingénieur de son d’origine antillaise, et leur jeune fille. Son quotidien est bouleversé lorsqu’elle aperçoit son ancien amant par hasard dans la rue.

Juliette Binoche renoue avec Claire Denis après avoir tenu le rôle principal dans Un beau soleil intérieur (2017). Les rôles masculins, quant à eux, sont tenus par deux habitués de la cinéaste : Vincent Lindon et Grégoire Colin.

Avec amour et acharnement a été sélectionné dans la compétition officielle du Festival du film de Berlin, a-t-on appris cette semaine. Une première pour la cinéaste de 75 ans, qui a réalisé une quinzaine de longs métrages au fil des quatre dernières décennies.


Babysitter, de Monia Chokri

Au centre d'un champ de fleurs rouges, une femme souriante tient les mains d'un jeune enfant.

Une scène du film «Babysitter»

Photo : Max Hart Barnwell/Avec la gracieuseté de Catherine Léger

Le deuxième long métrage de Monia Chokri sera présenté en première internationale ce samedi au Festival du film Sundance.

La cinéaste québécoise avait fait belle impression en 2019 avec La femme de mon frère, comédie verbeuse et sophistiquée rappelant Xavier Dolan et la Nouvelle Vague française.

Dans Babysitter, adaptation d’une pièce de théâtre de Catherine Léger, Monia Chokri renoue avec le frère de son premier film, Patrick Hivon, qui joue un ingénieur et nouveau père de famille suspendu par son employeur à la suite d’une blague sexiste.

Encouragé par son frère journaliste à engager un processus de réflexion sur sa misogynie, il entreprend d’écrire un livre sur le sujet, alors que sa femme nage en pleine dépression post-partum.

➤ Date de sortie prévue : 1er avril


Chien blanc, d’Anaïs Barbeau-Lavalette

Un couple est assis dans une gondole dans un canal de Venise.

Jean Seberg et Romain Gary à Venise, en 1961

Photo : Getty Images / Keystone

En entrevue à Radio-Canada en 2014, l'autrice et cinéaste Anaïs Barbeau-Lavalette révélait qu’elle aurait aimé avoir écrit Chien blanc, roman de Romain Gary qu’elle a lu et relu à de multiples reprises.

Cette œuvre autobiographique se déroule en Californie en 1968, peu de temps après l’assassinat de Martin Luther King. Le célèbre romancier et sa femme, Jean Seberg, actrice vedette et militante pour la cause des Afro-Américains, accueillent dans leur foyer un berger allemand abandonné. Ce dernier, qui a été dressé pour attaquer et tuer des personnes noires, sera rééduqué par le couple.

Tourné principalement à Montréal, le film met en vedette l’acteur français Denis Ménochet (Grâce à Dieu) dans le rôle de Romain Gary et l’actrice canadienne Kacey Rohl (Hannibal) dans celui de Jean Seberg.

Mentionnons qu’il s’agit d’une deuxième adaptation de Chien blanc au grand écran, après Dressé pour tuer (1982), de Samuel Fuller.

➤ Date de sortie prévue : 23 septembre


Confessions, de Luc Picard

Pour son septième long métrage à titre de réalisateur, Luc Picard a mis en scène une adaptation librement inspirée du livre Gallant : confessions d’un tueur à gages, des journalistes Éric Thibault et Félix Séguin. Le scénario est signé Sylvain Guy, à qui l'on doit notamment Louis Cyr : l'homme le plus fort du monde et Mafia Inc.

Luc Picard prête ses traits à Gérald Gallant, un homme lié au crime organisé qui a assassiné 28 personnes. Un triste record dans les annales judiciaires canadiennes.

En entrevue à Radio-Canada, le cinéaste a décrit les défis particuliers que représentait ce projet. J'ai déjà joué dans mes propres films, mais jamais un rôle qui était présent du début à la fin. [...] Gallant est bègue, il avait à peu près 86 de quotient intellectuel. C’est vraiment tout un personnage, c’était donc assez périlleux de jouer et de réaliser le film à la fois.

Pour son travail derrière la caméra, Luc Picard a été récompensé du prix Borsos du meilleur réalisateur au Festival du film de Whistler, en décembre.

Confessions met également en vedette David La Haye, Sandrine Bisson, Éveline Gélinas, Dany Boudreault, Emmanuel Charest, Jean-François Boudreau, Bobby Beshro, Maxim Gaudette, Louise Portal et Raymond Cloutier.

➤ Date de sortie prévue : 11 mars


Falcon Lake, de Charlotte Le Bon

La comédienne et réalisatrice Charlotte Le Bon pose à l'extérieur devant un mur en briques.

Charlotte Le Bon

Photo : Charlotte Le Bon

Ancienne mannequin et miss météo pour la chaîne française Canal+ qui a joué dans près d’une vingtaine de productions européennes et américaines, l’artiste montréalaise a tourné son premier long métrage l’été dernier dans les Laurentides.

Le film est basé sur la bande dessinée Une sœur, de Bastien Vivès. L’intrigue tourne autour d’un garçon de 13 ans introverti, amateur de dessin, qui pendant ses vacances familiales tombe sous le charme de la fille d’amis de ses parents.

Falcon Lake est coscénarisé par Charlotte Le Bon et Bastien Vivès, ainsi que par François Choquet, qui a coécrit La femme de mon frère, de Monia Chokri. Cette dernière fait d'ailleurs partie de la distribution du film, en compagnie de Karine Gonthier-Hyndman, Sara Montpetit et Pierre-Luc Lafontaine.


Norbourg, de Maxime Giroux

Plus important scandale financier de l’histoire du Québec, l’affaire Norbourg avait défrayé la chronique pendant des années.

Vincent Lacroix, président-directeur général de cette entreprise de gestion de fonds de placement, a été reconnu coupable en 2007 d'avoir détourné quelque 130 millions de dollars appartenant à plus de 9000 investisseurs.

Réalisé par Maxime Giroux (Félix et Meira) et scénarisé par Simon Lavoie (Le torrent), Norbourg est raconté du point de vue du vérificateur Éric Asselin (Vincent-Guillaume Otis), mandaté par la Commission des valeurs mobilières du Québec pour surveiller les activités de l’entreprise suspecte.

Fasciné par l’audace de Vincent Lacroix (François Arnaud), il quittera son poste pour devenir vice-président de Norbourg.

➤ Date de sortie prévue : 18 février

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !