•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les camionneurs auraient dû mieux se préparer à la vaccination, disent des experts

Des camions de livraison sur l'autoroute en Saskatchewan en hiver,

L'Alliance canadienne du camionnage et l'American Trucking Associations affirment que jusqu'à 26 000 des 160 000 conducteurs qui traversent régulièrement la frontière canado-américaine seront probablement mis à l'écart.

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

La Presse canadienne

Des experts remettent en question la position intransigeante de l'industrie du camionnage contre le mandat de vaccination pour les conducteurs, et affirment que le secteur aurait dû être mieux préparé pour l'échéance de janvier.

Le gouvernement libéral a annoncé en novembre que tous les camionneurs canadiens cherchant à traverser la frontière depuis les États-Unis devraient être vaccinés afin d'éviter une quarantaine de 14 jours, une politique qui est entrée en vigueur samedi dernier.

Lançant un avertissement quant aux dommages que cela pourrait causer à une chaîne d'approvisionnement déjà mise à mal, l'Alliance canadienne du camionnage a exhorté à plusieurs reprises le gouvernement fédéral, au cours des deux derniers mois, à exempter l'industrie des règles transfrontalières sur les vaccins, ou à reporter leur entrée en vigueur jusqu'en 2023.

La directrice de l'école d'administration publique de l'Université de Dalhousie, Lori Turnbull, a remis en question la sagesse de la stratégie de lobbying des camionneurs, compte tenu de la fermeté avec laquelle le premier ministre Justin Trudeau a affirmé sa position en faveur de l'obligation vaccinale lors de la campagne électorale fédérale de l'an dernier.

L'opinion publique soutient le gouvernement

Andrew Steele, vice-président de la société de conseil StrategyCorp, souligne que les sondages montrent que l'opinion publique est largement en faveur de fortes exigences en matière de vaccins pour les travailleurs essentiels, et que les entreprises et les groupes commerciaux devraient être en mesure de détecter l'humeur du public.

L'Alliance canadienne du camionnage et l'American Trucking Associations affirment que jusqu'à 26 000 des 160 000 chauffeurs qui traversent régulièrement la frontière canado-américaine seront probablement mis à l'écart en raison de l'obligation vaccinale dans les deux pays.

Dimanche, un « convoi de la liberté » de poids lourds devrait partir de la Colombie-Britannique et se diriger vers Ottawa pour une participer à une manifestation contre la vaccination obligatoire à la fin de la semaine prochaine.

Les groupes commerciaux affirment que, si plusieurs entreprises de camionnage ont des taux de vaccination de 100 % et ont offert des primes aux travailleurs qui se font piquer, la majorité des parcs n'ont pas besoin de vaccination.

En revanche, d'autres entreprises sous réglementation fédérale, comme la Banque Royale, la Banque de Montréal, la Financière Sun Life et la Canada Vie, exigent que les employés qui travaillent sur place soient entièrement vaccinés.

Le président de l'Association canadienne du camionnage d'entreprise, Mike Millian, affirme que son organisation ne peut rien faire d'autre que d'offrir une éducation aux entreprises membres et de les inciter à encourager la vaccination parmi leurs conducteurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !