•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les salles de spectacle et les théâtres sont à bout

Des personnes masquées sont assises dans un théâtre.

Les théâtres et les salles de spectacle ne veulent plus vivre le yo-yo des fermetures à répétition.

Photo : Getty Images / Sean Gallup

Radio-Canada

Le milieu des arts de la scène québécois était convié jeudi et vendredi à une rencontre avec le cabinet de la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, lors de laquelle il a exprimé son exaspération envers le fait que les salles de spectacle et les théâtres sont à nouveau fermés depuis un mois. Ayant le sentiment d’être sacrifié, il exige la mise en place d’un plan de réouverture.

Des personnes représentant des organisations, comme le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) ou encore la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), étaient également présentes.

Il y avait beaucoup de fonctionnaires au pied carré, note Patrick Kearney, le fondateur du Regroupement des festivals régionaux artistiques indépendants (REFRAIN).

Pour permettre à tout le monde de s’exprimer, le groupe a été scindé en deux : une partie a été réunie jeudi et l’autre, vendredi après-midi.

Ça a duré presque trois heures, a expliqué Luc Fortin, président et directeur général de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ), en entrevue à l’émission Midi info vendredi.

Le milieu est excédé

Les gens sont exaspérés et en ont assez. On en est rendu à la troisième fermeture en deux ans, a-t-il ajouté.

Une frustration que Patrick Kearney a également constatée. Tout le monde est tanné. Le moral des troupes n’est pas complètement à terre, mais on est sur la ligne. C’est une question de jours avant qu’il y ait une cassure.

De son côté, le dramaturge Olivier Choinière observe que, entre les annulations de pièces et les projets qui se transforment tout le temps pour essayer de s’adapter à la réalité actuelle, les artistes de théâtre peinent à trouver une raison d'être à ce qu’ils font.

« Ce que je vois beaucoup autour de moi, c’est la perte de sens. »

— Une citation de  Olivier Choinière, dramaturge

Rouvrir, mais avec des salles pleines

Le secteur des arts de la scène réclame du ministère une stratégie pour rouvrir les salles de spectacle et les théâtres au maximum de leur capacité, et ce, sans les refermer ou réduire les jauges d’ici la fin de la saison.

« Fermer de façon aussi drastique le robinet ne marche plus. Ça laisse trop de séquelles. »

— Une citation de  Patrick Kearney, fondateur du REFRAIN

Julie-Anne Richard, directrice générale de l’Association professionnelle des diffuseurs de spectacles RIDEAU, est du même avis.

On ne peut plus ouvrir avec des jauges variables aux trois ou quatre semaines, comme on l’a connu au printemps dernier et un peu cet automne.

Un personnel de billetterie en souffrance

Le public est tanné, ajoute-t-elle. Il y a des spectacles qui ont été reportés cinq fois et on a replacé des personnes dans les salles trois fois. Rejouer ce film est impossible.

Le personnel de billetterie, qui doit gérer en masse des demandes de remboursement et des remaniements de plans de salle, est épuisé.

Je ne peux plus imposer à mon personnel de billetterie ce que je lui ai imposé ces deux dernières années, car je vais le perdre et mettre la clé sous la porte, poursuit Julie-Anne Richard.

Signe des difficultés vécues par le personnel de billetterie, l’humoriste Mariana Mazza a publié un message sur Facebook vendredi pour appeler le public à faire preuve d’indulgence et de patience.

Nous, les artistes, on capote. On a peur de se ramasser avec des salles à moitié vides parce que certains sont déçus de leurs nouvelles places, a-t-elle expliqué

Toutes vos raisons d'être frustrés sont bonnes : mais ne vous en prenez pas aux employés des billetteries qui font des pieds et des mains pour garder leur travail, leur tête hors de l'eau et essayer de suivre la criss de puck pas évidente.

Le secteur des arts de la scène s’impatiente d’autant plus qu’il a l’impression d’être sacrifié, les magasins et les centres commerciaux étant autorisés à rester ouverts, alors qu’aucune éclosion de COVID-19 n’a été enregistrée dans une salle de spectacle ou dans un cinéma au Québec.

Pour plus de prévisibilité

Le plan d’action réclamé vise à redonner de la visibilité, au moins jusqu’à l’été, et à permettre aux lieux culturels de se préparer à retrouver le public.

On sait que la pandémie diminue en intensité l’été et que l’été prochain va être comme les deux étés précédents, affirme Patrick Kearney, qui dirige aussi le festival Santa Teresa.

Pourquoi on ne dit pas tout de suite : il y aura des festivals cet été, voici les paramètres à respecter et nous pourrons aller de l’avant? ajoute celui qui précise que l’incertitude actuelle ne pousse pas les commanditaires à s’impliquer et les artistes d’Europe à accepter de se produire au Québec.

Afin de gagner en prévisibilité, les salles de spectacle sont prêtes à accepter des mesures plus sévères jusqu’à la fin de la saison, selon Julie-Anne Richard.

Un homme est porté par la foule.

Hubert Lenoir au festival Santa Teresa en 2019

Photo : Jay Kearney

De la nuance réclamée

Le milieu des arts de la scène demande également que toutes les salles de spectacle ne soient pas mises dans le même sac.

« Il faut arrêter de comparer le Centre Bell, où les gens dansent sans masque au concert de Ricky Martin, avec un lieu de diffusion de 200 places, où les gens sont assis sagement. »

— Une citation de  Julie-Anne Richard, directrice générale de l’Association professionnelle des diffuseurs de spectacles RIDEAU

Désormais, le milieu des arts de la scène espère que le plan tant attendu sera bientôt annoncé par le ministère. L’écoute a été vraiment excellente, les fonctionnaires n’étaient pas sur la défensive et ont bien compris les enjeux, se félicite Patrick Kearney.

Vendredi, le Dr Luc Boileau, le nouveau directeur national de santé publique, a déclaré que le déconfinement pourrait commencer avant [la mi-février] en entrevue à Tout un matin.

Ce texte a été écrit à partir des entrevues réalisées par Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18. Les propos ont pu être édités pour plus de clarté et de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !