•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec intervient pour protéger le cœur du quartier chinois de Montréal

Une personne marche en hiver sur la rue de la Gauchetère Ouest, dans le quartier chinois de Montréal.

À moins d'un revirement, le cœur du quartier chinois sera bientôt protégé par la Loi sur le patrimoine culturel du Québec.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Le cœur du quartier chinois de Montréal est en voie d'être classé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel du Québec, a appris Radio-Canada.

Des avis d'intention ont été signés jeudi par la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, dans le but d'accorder un statut national au noyau institutionnel du secteur et à deux de ses bâtiments les plus emblématiques.

Ainsi, le site et ces deux immeubles devraient bientôt être considérés comme patrimoniaux au sens de la loi.

Le comité exécutif de la Ville de Montréal a également adopté vendredi une résolution visant essentiellement à modifier le plan d'urbanisme afin de préserver les caractéristiques du quartier chinois et de mieux protéger ses bâtiments.

Le tout devrait faire l'objet d'une annonce conjointe lundi matin en présence de la ministre Roy, de sa collègue ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, de la mairesse Valérie Plante, du conseiller municipal Robert Beaudry et de représentants du Groupe de travail sur le quartier chinois et d'Héritage Montréal.

Une protection de facto

Aussi étonnant que cela puisse paraître, seuls deux immeubles du quartier chinois étaient jusqu'ici classés au Registre du patrimoine culturel du Québec, soit l'église et le presbytère de la Mission-Catholique-Chinoise-du-Saint-Esprit, sur la rue Jeanne-Mance.

À moins d'un revirement, c'est tout le cœur du quartier chinois qui s'ajoutera à cette liste, incluant deux bâtiments distinctifs, soit l'édifice de la British and Canadian School – aussi connu sous le nom de la maison Wing – et l’ancienne manufacture S. Davis and Sons.

Leur classement patrimonial fera en sorte que les propriétaires des immeubles visés devront obligatoirement demander à la ministre son autorisation avant d’altérer, de restaurer ou de démolir ces bâtiments.

Le Conseil du patrimoine culturel du Québec sera chargé d'étudier les avis d'intention émis cette semaine – et d'entendre les propriétaires des immeubles visés s'ils souhaitent s'y opposer. Ses membres auront 12 mois pour approuver le classement patrimonial souhaité par la ministre.

En attendant, le site et les bâtiments visés devront être traités comme s'ils étaient déjà classés.

Une carte du site à être protégé.

Le site et les bâtiments à protéger sont situés au cœur du quartier chinois de Montréal.

Photo : Ministère de la Culture et des Communications

Le quartier chinois est le seul chinatown historique significatif préservé au Québec et dans l'est du Canada. Ses limites convenues sont circonscrites par la rue Jeanne-Mance, la rue Saint-Dominique, l'avenue Viger et le boulevard René-Lévesque.

La démarche pour faire reconnaître le site comme un lieu historique au sens de la Loi sur le patrimoine culturel du Québec s'inscrit dans le Plan d'action pour le développement du quartier chinois adopté l'été dernier par la Ville de Montréal, qui a reçu un accueil réservé dans la communauté.

Celle-ci s'inquiète de l'embourgeoisement qui guette le quartier – ce que souligne le sommaire décisionnel de la résolution adoptée cette semaine par le comité exécutif de la Ville de Montréal.

Récemment, l'acquisition d’immeubles patrimoniaux par des promoteurs immobiliers a généré des craintes face à des démolitions ou redéveloppements éventuels sur certains sites, dont l’îlot où se trouve l’immeuble le plus ancien du quartier, la British and Canadian School, peut-on lire.

L'enseigne des Nouilles Wing.

La firme Hillpark Capital a acheté l'édifice de la British and Canadian School ainsi que le bâtiment adjacent, l'an dernier. L'ancienne école est occupée depuis de nombreuses années par l’entreprise alimentaire Nouilles Wing.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Pour mieux protéger le site, l'administration Plante entend réviser la carte du patrimoine bâti et revoir les hauteurs et les densités permises dans ce secteur de l'arrondissement de Ville-Marie.

Un projet de règlement à cet effet sera soumis ultérieurement à l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) et au conseil municipal.

En attendant, celui-ci sera invité à adopter une résolution de contrôle intérimaire lundi pour limiter immédiatement les hauteurs et les densités permises dans le quartier, étant donné que la réalisation d’un projet de construction ou d’agrandissement d’un bâtiment risque de compromettre les nouvelles dispositions [...] du Plan d’urbanisme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !