•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La saison de pêche à l’éperlan bat son plein en Gaspésie

Une cabane de pêche blanche.

La saison de pêche à l'éperlan bat son plein dans la baie de Gaspé.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Alice Proulx

Le paysage blanc et givré de la baie de Gaspé prend des allures plus colorées, à cette période-ci de l'année, avec l'installation des cabanes à pêche.

C'est le signe que la saison de la pêche sur glace à l'éperlan est officiellement lancée.

Pratiqué par de nombreux Gaspésiens, mais aussi par des touristes qui profitent des joies de l'hiver dans la péninsule, ce sport fait bien des heureux.

« Nous autres, on ne voit pas l'hiver passer! On arrive ici au début janvier, on s'en va au mois de mars et on se dit ''oh regarde, l'hiver a passé''. »

— Une citation de  Conrad Boulay, responsable des Cabanes rouges de pêche à l'éperlan de Gaspé
Conrad Boulay, propriétaire des Cabanes rouges de pêche à l'éperlan.

La page Facebook des Cabanes rouges de pêche à l'éperlan contient toutes les informations pour venir pêcher dans la baie de Gaspé.

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Depuis plusieurs années, M. Boulay fait la location de cabanes aux amateurs de pêche blanche.

C’est très populaire. Ça fait des années que ça fonctionne sur la baie de Gaspé, affirme-t-il.

Bien que, cet hiver, la saison de pêche ait été retardée d'une semaine en raison des conditions météorologiques, cela n'a pas empêché le poisson de mordre à l'hameçon.

D’habitude, on commence au début du mois de janvier, mais il n’a pas fait assez froid. Aussitôt que la glace a figé et que c'était sécuritaire, on est venus s'installer. On avait hâte de retrouver nos compagnons de cabane, lance M. Boulay.

« Pour l’instant, la saison est très bonne. La limite est de 120 par personne et, bien souvent, les pêcheurs qui arrivent à 7 h ont réussi à pêcher les 120 à 11 h. »

— Une citation de  Conrad Boulay, responsable des Cabanes rouges de pêche à l'éperlan de Gaspé
Des éperlans sur la neige.

Plusieurs éperlans ont été pêchés au cours de la journée.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Dans la zone de pêche 21, soit le fleuve Saint-Laurent, un résident sans permis ou un non-résident titulaire d’un permis de pêche sportive peut pêcher jusqu’à 120 éperlans par jour à l’épuisette ou au carrelet.

Source : Gouvernement du Québec

Un peu plus loin sur la baie de Gaspé, dans sa cabane à pêche chauffée, Jean-Louis Fortin a rempli une chaudière d'éperlans. Il taquine le poisson depuis quelques heures déjà.

« Si tu veux en voir de l'éperlan, il y a en masse ici! »

— Une citation de  Jean-Louis Fortin, pêcheur
Jean-Louis Fortin, pêcheur.

Jean-Louis Fortin pratique également la chasse.

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Ce dernier affectionne particulièrement la pêche blanche, c'est pourquoi il retourne à cet endroit chaque année.

La pêche sur glace, ça dure plus longtemps, tu peux venir tous les jours, tu sais qu'il va y en avoir. Tu ne peux pas avoir mieux que ça à Gaspé. On est heureux, on est bien. C'est un vrai beau plaisir!, confie M. Fortin.

Conrad Boulay et Jean-Louis Fortin, deux pêcheurs.

La pêche à l'éperlan attire plusieurs pêcheurs dans la baie de Gaspé.

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Vers la mi-mars, la Ville de Gaspé, qui délivre les permis d'installation des cabanes à pêche sur la glace, demande aux propriétaires de retirer leurs cabanes de la baie pour des raisons de sécurité.

Depuis qu'on a réglementé l'installation des cabanes, on dirait que ça a conscientisé les gens et depuis ce temps-là, les cabanes sont de plus en plus belles, de plus en plus colorées, observe le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Daniel Côté, maire de Gaspé.

Les pêcheurs peuvent, tout de même, continuer de pêcher à leurs risques et sans cabane jusqu'à la fin de la saison de la pêche à l'éperlan, le 31 mars.

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

M. Côté incite toutefois les pêcheurs à faire preuve de jugement et de prudence lorsqu'ils circulent près du rivage afin d'éviter qu'un incident se produise.

Avec les informations de Marguerite Morin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !