•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Risque accru d’avalanches d’envergure dans les montagnes de l’Ouest

« C’était comme du sable mouvant en dessous de mes pieds », dit une victime d'avalanche, qui rappelle qu'il faut rester vigilant dans l'arrière-pays.

Une avalanche dans les Rocheuses albertaines.

Avalanche Canada a publié un avertissement spécial d'avalanche pour une grande partie de l'Ouest canadien, dont l'Alberta.

Photo : Gouvernement de l'Alberta

Avalanche Canada a publié un avertissement spécial de danger d’avalanche pour toutes les régions montagneuses du sud de la Colombie-Britannique et l’ouest de l’Alberta.

L’avertissement concerne les chaînes Columbia et Purcells, les parcs nationaux Kootenay, des Glaciers, Banff, Yoho, ainsi que la région côtière entre Squamish et Pemberton.

Le ciel ensoleillé et les températures élevées prévus au cours des prochains jours peuvent déstabiliser la neige accumulée sur les flancs de montagne, autant en haute qu'en basse altitude, indique James Floyer, superviseur du programme de prévision à Avalanche Canada.

On pourrait voir d'importantes avalanches et potentiellement dans des endroits peu communs comme en basse altitude, explique-t-il. Ces avalanches pourraient même se rendre au fond des vallées. Si on n’a pas les compétences pour aller en terrain avalancheux, il vaut mieux rester dans les sentiers aménagés. Cela signifie aussi de ne pas aller faire de la luge sur des pentes abruptes hors piste.

Ce bulletin spécial est en vigueur jusqu’à lundi, mais James Floyer indique qu’il pourrait rester en vigueur au cours de la semaine prochaine.

C’était comme du sable mouvant en dessous de mes pieds.

C’est une couche fragile du manteau neigeux datant du début du mois de décembre qui pourrait causer des avalanches actuellement.

Philippe Bresee en ski d'ascension.

Philippe Bresee et Sophie Leclair font du ski de randonnée depuis une vingtaine d'années dans les Rocheuses.

Photo : Sophie Leclaire

Sophie Leclair et Philippe Bresee, de Canmore, en ont déjà été victimes à la fin du mois de décembre. Ils ont été coincés dans une avalanche dans le parc national Kootenay lors d’une sortie de ski de randonnée.

On a eu la malchance de mettre un ski à la mauvaise place, explique Sophie Leclair. Un membre de leur groupe a déclenché l’avalanche alors que le groupe était arrêté sur une crête du mont Verendrye.

Tout a commencé à bouger et c’est là que l’avalanche a commencé. Je n’ai pas eu le temps de réagir, c’était comme du sable mouvant en dessous de mes pieds. Tous les deux, on est parti dans l’avalanche, on a fait une chute d’environ 100 à 150 mètres. Tout ce que j’ai pensé c’est : ''Mes enfants! Ça ne peut pas arriver, ça ne peut pas arriver!'', raconte-t-elle.

Les risques d’avalanches étaient faibles à ce moment-là, et le groupe n’était pas dans un couloir d’avalanche.

Par la suite, le bulletin d’avalanche a été changé pour le rendre beaucoup plus prudent, le risque d’avalanche a été augmenté après notre accident, dit Sophie Leclair.

Un paysage enneigé d'un flanc de montagne dont une zone est encerclée en rouge.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sophie Leclair et Philippe Bresee ont fait une chute de plus de 100 mètres à travers ces arbres lorsque l'avalanche s'est déclenchée.

Photo : Parcs Canada

Philippe Bresee a eu une fracture du péroné et un déchirement de deux ligaments, l'un au genou du côté de la fracture, et l'autre, d'un pectoral. Il a aussi eu les doigts gelés parce qu'il faisait très froid au moment de l’incident.

Il y a des gens qui nous disent qu’on a une deuxième vie ou un deuxième anniversaire parce que des accidents d’avalanche, ça ne finit pas toujours aussi bien.

Le couple de Canmore a perdu beaucoup de matériel dans la montagne et demande aux skieurs qui se rendent dans la région du ruisseau Serac de garder l'œil ouvert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !