•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un présumé proxénète de Gatineau demeurera détenu pendant les procédures judiciaires

L'extérieur du palais de justice de Gatineau et de l'édifice Jos-Montferrand.

L'extérieur du palais de justice de Gatineau et de l'édifice Jos-Montferrand (Archives)

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Le tribunal refuse de remettre en liberté un présumé proxénète en raison de la gravité des accusations.

Jimmy Daquin a comparu vendredi au palais de justice de Gatineau.

Il a été arrêté plus tôt cette semaine par l’Escouade intégrée de lutte contre le proxénétisme (EILP). Le prévenu est accusé de proxénétisme et traite de personnes.

Le juge Gaston Paul Langevin, de la Cour du Québec, a décrété que l’individu de 28 ans resterait derrière les barreaux pendant toute la durée des procédures.

Photo de suspect. C'est un homme en camisole.

Jimmy Daquin est aussi connu sous le surnom «Don Shotta» (archives).

Photo : Escouade intégrée de lutte contre le proxénitisme

L'homme était déjà connu de la police. Les chefs d’accusation contre lui comprennent le fait d’avoir amené une personne à offrir ou à rendre des services sexuels moyennant rétribution et d'avoir fait sciemment de la publicité pour offrir des services sexuels moyennant rétribution, indique l’entité chargée de l’enquête, composée de membres du Service de police de la Ville de Gatineau et de la Sûreté du Québec.

Le Gatinois est aussi accusé d'avoir bénéficié d’un avantage matériel provenant de la prostitution.

Plusieurs témoins

Les enquêteurs ont identifié jusqu’à présent trois témoins dans cette affaire.

Les événements seraient survenus entre avril 2019 et janvier 2022 à Gatineau, mais aussi dans d’autres villes de différentes provinces canadiennes.

Le prévenu, Jimmy Daquin, était par ailleurs détenu pour un autre dossier, précise l’EILP dans son communiqué. L'homme est aussi connu sous le surnom Don Shotta.

Le Gatinois doit revenir devant le tribunal le 10 mars.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.