•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des employés municipaux de Québec en renfort dans les refuges pour itinérants

Un itinérants masqué, assis, referme son soulier.

La situation est de plus en plus critique pour les itinérants, qui doivent faire face à une vague de froid extrême.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

La Ville de Québec affirme mettre tout en œuvre afin de protéger la population itinérante des grands froids qui font grelotter la province ces jours-ci. À Montréal, deux itinérants ont été retrouvés sans vie au cours des 10 derniers jours en raison des températures polaires.

Le maire Bruno Marchand estime qu'il existe suffisamment d'endroits dans la ville pour accueillir les personnes sans-abris. L'enjeu est plutôt le manque d'effectifs au sein des organismes communautaires, dit-il. D'ailleurs, une dizaine d’employés de la Ville ont accepté de donner un coup de main durant la nuit pour éviter des ruptures de services au YMCA de Québec. Ils accompagnent les usagers et font de la surveillance de minuit à 8 h.

On a des employés qui ont levé la main, qu’on paie et qui viennent prêter main-forte aux organismes, où parfois les employés manquent pour des raisons de COVID, des raisons de pénurie de main-d'œuvre. Il est hors de question qu’on cesse d'essayer de trouver des solutions, a affirmé le maire.

Cette aide est prévue jusqu’au 28 janvier, mais elle pourrait être prolongée selon les besoins et la fluctuation des températures, indique la Ville.

Pas assez de lits

Le directeur général de Lauberivière, Éric Boulay, précise que les ressources sont suffisantes pour permettre à toutes les personnes itinérantes de Québec de se protéger du froid, mais qu’il n’y a pas suffisamment de lits pour tout le monde.

D’ailleurs, même si l’éclosion de COVID-19 est pratiquement terminée à Lauberivière, deux employés et un usager de l’organisme ont reçu un résultat positif au cours des dernières 24 heures. Depuis le mois de décembre, 169 employés et usagers ont été infectés.

L'entrée principale de Lauberivière, dans la basse-ville de Québec.

L'organisme Lauberivière, dans Saint-Roch, a connu une flambée de cas de COVID-19 au mois de décembre. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Un record battu à Québec

Au matin du 21 janvier 2022, le mercure indiquait -33,9 degrés Celsius à Québec, selon Environnement et Changement climatique Canada. C’est la température la plus froide jamais enregistrée dans le secteur à pareille date. Le précédent record date de 1984, alors que le mercure avait plongé à -30,4 degrés Celsius le 21 janvier.

D’ailleurs, Hydro-Québec a demandé aux Québécois de réduire leur consommation d’électricité, puisque celle-ci a atteint un niveau record vendredi matin.

Avec les informations de Colin Côté-Paulette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !