•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le port du casque devrait être obligatoire pour les adultes, recommande un coroner

Un cycliste en plein hiver portant un casque et des lunettes de ski.

Les personnes de moins de 18 ans doivent porter un casque à Sherbrooke, mais pas les adultes.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Radio-Canada

Le port du casque en vélo devrait être obligatoire pour toutes les personnes âgées de 18 ans et plus, selon la coroner qui a enquêté sur la mort d'un cycliste survenue en octobre 2021, à Sherbrooke.

La coroner Kathleen Gélinas a rappelé que l'homme de 64 ans ne portait pas de casque lorsqu'il circulait sur la 12e Avenue Nord. Un automobiliste a ouvert la portière de son véhicule, et Alain Lahaie l'a heurtée avant de chuter au sol. Il est mort quelques jours plus tard d'un traumatisme crânien.

Me Gélinas souligne que la Ville de Sherbrooke a déjà adopté un règlement pour obliger toute personne mineure à porter un casque lorsqu'elle circule en vélo. De plus, elle mentionne que les adeptes de vélo électrique doivent également le porter, en vertu du Code de la sécurité routière. Plusieurs provinces ont déjà cette obligation et elle ajoute qu'il est démontré que le casque de vélo est essentiel pour éviter le pire.

« À la lumière de ces informations, je m’explique mal le fait que le casque protecteur ne soit pas obligatoire pour tout type de cycliste. »

— Une citation de  Me Kathleen Gélinas, coroner

La coroner recommande également de sensibiliser davantage les automobilistes au risque d'emportiérage, les campagnes de sensibilisation étant insuffisantes. Elle croit que la méthode « Dutch-reach » devrait être promue dans la même mesure que la vérification des angles morts.

En ouvrant la portière avec la main qui s'y oppose, les occupants d'un véhicule doivent pivoter vers l'arrière pour l'ouvrir et peuvent ainsi s'assurer que la voie est libre de cyclistes.

En ouvrant la portière avec la main qui s'y oppose, la méthode « Dutch-reach », les occupants d'un véhicule doivent pivoter vers l'arrière et ainsi s'assurer que la voie est libre de cyclistes.

Photo : YouTube/Wes Judd

Des recommandations bien accueillies

Carlos Grondin a vécu un accident similaire à celui d'Alain Lahaie. Il a subi un grave traumatisme crânien et, depuis 10 ans, il vit à la Maison Martin-Matte. S'il est relativement autonome, il ne peut pas sortir seul. Il croit aussi que le casque devrait être recommandé. On ne sait jamais quand il peut y avoir un accident en vélo!

Kristian Benoît a également eu de la chance. Lui aussi a subi un grave accident de vélo en 2015 qui aurait pu lui être fatal. N'empêche que, six ans et demi plus tard, il souffre toujours de séquelles importantes. Je ne suis plus considéré comme autonome. Je trouve cela difficile, admet-il.

S'il est en faveur de la recommandation de la coroner, il craint toutefois que les automobilistes tiennent pour acquis que les cyclistes sont bien protégés.

« C'est la peur que j'ai : que la sécurité soit négligée par les automobilistes, qu'ils se déresponsabilisent. »

— Une citation de  Kristian Benoît, victime d'un accident de vélo
Kristian Benoît, devant la Maison Martin-Matte.

Kristian Benoît a subi un grave accident de vélo en 2015.

Photo : Radio-Canada

Pas de changement de réglementation dans les cartons de la Ville

Fabien Burnotte, membre fondateur de Vélo urbain Sherbrooke, affirme qu'il est pour le port du casque, mais qu'il est un peu partagé quant à l'obligation de le porter. Il croit que le problème réside davantage dans les infrastructures, qui sont souvent discontinues.

L'interaction avec les voitures, c'est le grand danger quand on parle de vélo urbain, où on ne roule pas très vite. C'est la grande recommandation que je verrais : améliorer les infrastructures, souligne-t-il.

Fabien Burnotte circule à vélo à Sherbrooke.

Fabien Burnotte croit que le problème réside davantage dans les infrastructures de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Christine Bureau

La Ville de Sherbrooke, qui abonde dans le même sens, n'a pas l'intention pour le moment d'élargir son règlement de port de casque obligatoire aux 18 ans et plus. Ce n'est pas une chose qui est étudiée pour le moment, explique la mairesse de Sherbrooke, Évelyne Beaudin. On est plutôt en train de voir comment on peut améliorer les choses pour offrir un environnement qui est agréable [...] Il y a des améliorations qui peuvent être apportées à nos pistes cyclables.

« La réflexion qu'on doit faire, c'est vraiment par rapport à la sécurité de nos infrastructures. Ce n'est pas normal, quand on circule à vélo, d'avoir constamment peur qu'une portière de voiture s'ouvre. »

— Une citation de  Évelyne Beaudin, mairesse de Sherbrooke

Avec les informations de Christine Bureau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !