•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs plaintes reçues pour la pollution lumineuse des Serres Toundra

L'extérieur du bâtiment abritant la troisième phase de développement des Serres Toundra.

La troisième phase d'agrandissement des serres, une fois les écrans noirs mis en fonction.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La pollution lumineuse émanant des installations des Serres Toundra de Saint-Félicien a été à l'origine de plusieurs plaintes auprès du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).

Depuis le 14 décembre, le ministère a reçu plus d'une trentaine de plaintes. Pour l'instant, elles sont toujours à l'étude afin de déterminer les suites qui leur seront données.

Le ministère assure qu'il prendra les moyens nécessaires pour s'assurer que l'entreprise de Saint-Félicien ne dérogera pas aux autorisations qu'elle a déjà reçues en lien avec la luminosité.

L’installation d’écrans à la demande du ministère

L’intensité du halo lumineux, depuis le déploiement de la troisième phase de développement des serres, a suscité plusieurs critiques de citoyens du secteur. Mardi soir, des écrans d’atténuation ont été mis en fonction afin de réduire la pollution lumineuse.

Les écrans d’atténuation ont été installés à la demande du ministère, avance le MELCC.

Précisons que lors des phases 1 et 2, la pollution lumineuse n’avait pas fait l’objet d’un enjeu particulier, sauf pour le démarrage de la phase 2 qui a été de courte durée, précise Caroline Cloutier, relationniste au MELCC, dans un courriel transmis vendredi. Lors de la phase 3, le ministère a exigé que l’entreprise mette en place des filtres.

Des plants dans l'une des serres des Serres Toundra.

Les Serres Toundra produisent environ 150 millions de concombres par année.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Le président-directeur général des Serres Toundra, Éric Dubé, prétend qu'il est faux de dire que c'est le ministère qui a exigé d'installer des filtres. En entrevue avec Radio-Canada vendredi, il a indiqué que les écrans étaient déjà achetés avant les discussions avec les fonctionnaires.

« J'ai envoyé une communication au ministère de l'Environnement pour qu'on parle de notre c.a. [certificat d'autorisation] pour la phase 3. On a eu notre première rencontre le 31 mars 2021. Donc à partir du 31 mars 2021, j'ai commencé à parler avec l'Environnement pour la phase 3. Les écrans noirs ont été achetés en octobre 2020. »

— Une citation de  Éric Dubé

De plus, il a ajouté que c'est l'entreprise qui a décidé d'aller de l'avant avec une façon d'atténuer la lumière après avoir constaté la lumière émise par la phase 2.

Mercredi, Éric Dubé avait indiqué que des écrans semblables seront installés au-dessus des installations de la phase 2 et des futures phases de développement, si l’utilisation des écrans d’atténuation utilisés pour la phase 3 montre des résultats concluants.

Le MELCC confirme que l’entreprise s’est dite prête à installer des filtres sur sa phase 2 lorsque l’éclairage utilisé aura atteint sa fin de vie utile, soit d’ici moins de cinq ans.

L’installation de filtres sur les installations de la première phase ne serait toutefois pas possible sans un investissement majeur et un long arrêt de production. [Ce] type de complexe de serres est unique au Québec et l’effet de la lumière n’avait pas été particulièrement documenté lors de la phase 1, a précisé la relationniste Caroline Cloutier.

Les Serres Toundra produisent quelque 150 millions de concombres par année.

Avec les informations de Catherine Gignac, Pascal Girard et de Romy Boutin-St-Pierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !