•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une éclosion en prison reporte le verdict dans une cause de féminicide en Ontario

Un dessin montrant Cory Fenn au banc des accusés de la Cour supérieure d'Oshawa.

Cory Fenn est accusé d'avoir tué une femme et ses deux enfants en 2018.

Photo : CBC/Pam Davies

La Presse canadienne

Une éclosion de COVID-19 dans une prison de l'Ontario a forcé le report du verdict au procès d'un homme accusé du meurtre de son ex-conjointe et de deux de ses enfants, à l'est de Toronto.

Le juge Howard Leibovich a annoncé vendredi matin au tribunal, à Oshawa, que la prison où est détenu Cory Fenn est en confinement complet depuis au moins deux semaines.

Fenn avait plaidé non coupable de trois chefs d'accusation de meurtre au deuxième degré pour la mort de Krassimira Pejcinovski, 39 ans, de sa fille de 13 ans, Venellia, et de son fils de 15 ans, Roy.

La poursuite soutient que Fenn a tué ses trois victimes, le 14 mars 2018, à Ajax, après que Krassimira Pejcinovski eut rompu avec lui. La mère et sa fille ont été retrouvées poignardées à mort, tandis que le garçon a été étranglé.

L'accusé a soutenu qu'il n'avait pas la capacité mentale de commettre ces crimes, mais il n'a pas présenté de défense.

Un avocat commis d'office, que Fenn a ensuite congédié, a eu le temps de plaider que l'homme avait effectivement tué les trois personnes. Mais il a soutenu qu'il n'avait pas l'état d'esprit requis pour commettre un meurtre en raison de sa consommation intensive de cocaïne, ce qui le plongeait à l'époque dans un état psychotique.

Fenn, âgé de 33 ans, se représente lui-même lors du procès devant juge seul.

Le juge a indiqué qu'une éclosion de COVID-19 à la prison avait été déclarée jeudi soir et que le personnel du tribunal n'en avait été informé que vendredi matin.

Le juge Leibovich rendra donc son verdict le 10 février, mais il a fixé une autre date, la semaine suivante, au cas où le confinement persisterait en prison.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.