•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Halifax obtient un nombre record de réponses aux sondages sur la réglementation d’Airbnb

Un doigt touchant un écran sur lequel on voit la page d'accueil d'Airbnb.

Les urbanistes de la Ville songent à adopter un nouveau règlement dans les quartiers résidentiels, qui permettrait aux propriétaires de louer à court terme uniquement leur résidence principale.

Photo : Getty Images / John MacDougall

Radio-Canada

Un nombre record de personnes ont réagi aux propositions de la Ville d’Halifax pour réglementer les logements locatifs à court terme, comme ce qu’offre Airbnb.

En effet, les deux sondages municipaux en ligne ont généré près de 6 000 réponses.

Un nouveau record relativement à des sondages du service de planification et de développement de la Municipalité régionale d'Halifax.

« Ça montre que le public s'intéresse beaucoup à ce projet. »

— Une citation de  Jillian MacLellan, urbaniste pour la Municipalité régionale d'Halifax

La Ville recueille des commentaires sur les préoccupations soulevées selon lesquelles les locations à court terme ont réduit la disponibilité de logements. Les gens peuvent se prononcer en ligne jusqu’à la fin de janvier.

Si une unité peut être utilisée comme location à long terme, nous voulons nous assurer qu'elle reste dans le marché de la location à long terme, déclare Jillian MacLellan, porte-parole du service de planification et de développement d'Halifax.

Alors que le nombre de logements de courte durée a chuté pendant la pandémie, une étude de 2019 a montré qu'il y en avait près de 2 500 à Halifax.

Proposition de réglementation

Les urbanistes de la Ville songent à adopter un nouveau règlement dans les quartiers résidentiels qui permettrait aux propriétaires de louer à court terme uniquement leur résidence principale.

Si vous êtes dans un quartier résidentiel, vous ne pourriez pas avoir une propriété à revenus et l'utiliser pour des locations à court terme, précise l’urbaniste.

Une rue du quartier Hydrostone à Halifax.

La présence d'une location à court terme dans le quartier Hydrostone a été l'une des raisons pour lesquelles le groupe Neighbours Speak Up s'est formé.

Photo : CBC/Gareth Hampshire

Le groupe Neighbours Speak Up, formé pour contester la croissance de ces logements à court terme, accueille cette idée favorablement.

Nous sommes heureux qu'ils aillent de l'avant, dit le porte-parole du groupe, Bill Stewart.

Il aime bien le fait que la réglementation proposée protégera les zones résidentielles. Il a soulevé le problème il y a plusieurs années, lorsqu'il a été témoin de la location d'un des logements dans le quartier Hydrostone du nord d'Halifax.

« C'est un peu comme avoir un hôtel dans sa rue. »

— Une citation de  Bill Stewart, porte-parole du regroupement Neighbours Speak Up

À son avis, les changements proposés peuvent fonctionner pour tout le monde.

Ils peuvent louer leur propriété à court terme, mais ils ont toujours un engagement envers le quartier.

Commentaires d'Airbnb

Dans un courriel, Airbnb rappelle que les locations à court terme soutiennent le tourisme local et donnent aux résidents un moyen de compléter leurs revenus. L’agence soutient que ce sont des attributs importants, surtout en raison des effets financiers de la pandémie.

Airbnb dit vouloir travailler avec les élus sur des politiques sensées.

De nouveaux règlements devraient être rédigés plus tard cette année.

Avec les informations de Gareth Hampshire de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !