•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écoles : une région en Ontario fait fi des directives provinciales

Mosaïque des docteurs Hirji et Moore en point de presse.

Le médecin hygiéniste du Niagara, le Dr Mustafa Hirji (à d.), refuse de respecter les consignes du chef provincial de la santé publique, le Dr Kieran Moore (à g.) pour ce qui est des écoles.

Photo : CBC/Twitter/Niagara

Radio-Canada

Le Niagara va de l'avant avec des mesures sanitaires supplémentaires dans les écoles, tenant tête au médecin hygiéniste en chef de l'Ontario.

Le chef de la santé publique du Niagara, le Dr Mustafa Hirji, dit vouloir hausser le niveau de protection pour les élèves et le personnel des écoles.

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr Kieran Moore, lui a pourtant envoyé une lettre le 15 janvier pour s'opposer à trois des mesures proposées :

  • L'installation de sondes à CO2 dans les écoles du Niagara, un peu comme cela se fait déjà au Québec. Les classes où les concentrations de gaz carbonique dépassent 800 parties par million seraient munies de purificateurs d'air Hepa, si ce n'est pas déjà le cas.
  • L'isolement à la maison pendant sept jours des élèves d'une cohorte, si un des enfants du groupe est infecté par la COVID-19.
  • La nécessité d'avoir un billet de médecin pour qu'un élève ait droit à une exemption médicale quant au port obligatoire du masque en classe.

Le Dr Moore écrit dans sa lettre que rien ne montre qu'il y a une corrélation entre la concentration en gaz carbonique dans une classe et la charge virale.

Il ajoute qu'aucune autre région au Canada n'exige toujours l'isolement des cohortes pendant une semaine. Selon la nouvelle politique provinciale, seuls l'élève symptomatique et les membres de son foyer doivent s'isoler pendant cinq jours.

La suspension des cours et les fermetures ont des effets néfastes importants sur le bien-être psychologique, physique, social et éducatif des enfants et des jeunes, explique le Dr Moore.

Au sujet du masque, le chef provincial de la santé publique ajoute qu'il y a des frais liés à l'obtention d'un billet du médecin, ce qui pénalise les familles moins nanties.

Les écoles ont été rouvertes cette semaine en Ontario.

Le Niagara persiste et signe

Le Dr Hirji répond par voie de communiqué qu'il appuie pleinement la décision provinciale de rouvrir les écoles et a discuté des commentaires du médecin hygiéniste en chef avec les conseils scolaires.

Nous avons adapté certains détails quant à la mise en place des mesures recommandées afin de réduire la charge de travail pour les conseils scolaires, dit-il, mais nous irons de l'avant avec ces mesures afin de mieux protéger les enfants, les enseignants et les autres employés des écoles pour une reprise réussie de l'apprentissage en personne.

Le bureau de santé publique du Niagara n'a pas fourni plus de détails.

Certains critiques du gouvernement Ford y compris l'épidémiologiste David Fisman, professeur à l'Université de Toronto, accusent le Dr Moore de dénigrer un très compétent médecin hygiéniste local.

Les députés néo-démocrates de la région de Niagara Jennie Stevens, Jeff Burch et Wayne Gates ont eux aussi pris la défense du Dr Hirji. Le Dr Hirji a raison de mettre en place des mesures supplémentaires, disent-ils dans une déclaration. [Le premier ministre] Ford ne devrait pas essayer de rendre les écoles moins sécuritaires dans le Niagara.

Pour sa part, le Dr Moore s'est défendu en point de presse jeudi, affirmant que son objectif était d'avoir une approche uniforme dans la province pour ce qui est des écoles.

Il a ajouté ceci : [Les mesures proposées] accroîtraient l'absentéisme des élèves, ce qui semble contredire les recommandations du Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19 et de nos experts en pédiatrie et en éducation.

La province dit avoir pris une série de mesures pour que les écoles soient sécuritaires, y compris la distribution de masques N95 aux enseignants et de tests de dépistage rapide aux élèves, ainsi que l'achat de purificateurs d'air Hepa supplémentaires pour les classes qui n'en avaient pas.

Avec des renseignements fournis par CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !