•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’aéroport de Saint-Jean, Terre-Neuve, conclut une entente avec ses pompiers

Plusieurs avions devant l'aéroport de Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador.

Le conflit de travail a perturbé cette semaine plusieurs vols à l'aéroport le plus important de la province.

Photo : Radio-Canada

L'autorité aéroportuaire de Saint-Jean, Terre-Neuve, et le syndicat qui représente les pompiers de l'aéroport sont parvenus à un accord permettant la reprise des activités.

Selon Chris Bussey, vice-président régional de l'Union canadienne des employés des transports (UCET), l'accord garantit que les pompiers pourront travailler sans harcèlement ni intimidation.

Sept des neuf pompiers de l'aéroport étaient partis en congé de maladie en début de semaine, ce qui a entraîné l'annulation de plusieurs vols mardi et mercredi. Leur syndicat affirmait que le lieu de travail était toxique.

Les deux parties se sont rencontrées mardi et mercredi en présence d'un médiateur fédéral.

En vertu du règlement, l’aéroport s’engage à créer un nouveau comité qui se penchera sur les conditions de travail des pompiers. Il promet aussi d'embaucher trois pompiers supplémentaires, pour un total de 12, ce qui permettra quatre quarts de travail de trois pompiers.

Avant le conflit de travail, seulement deux pompiers travaillaient à la fois.

Nos plaintes tombaient dans l’oreille d’un sourd et nos membres se sentaient en danger au travail, affirme Chris Bussey. Ils ont maintenant la certitude qu'ils peuvent retourner au travail dans un milieu de travail sain.

L’aéroport n’a pas voulu nous accorder d’entrevue.

Nous avons travaillé sans relâche au cours des derniers jours avec l'aide d'un médiateur fédéral et avons résolu avec succès les problèmes, indique l'autorité aéroportuaire dans un communiqué. Nous nous engageons à travailler avec le syndicat pour veiller à ce que cela ne se reproduise pas et ne perturbe pas le service essentiel que notre aéroport offre aux habitants de la province.

Des pompiers à la retraite retournent au travail

Dans un communiqué, l’UCET indique que le règlement protège les membres et répond à plusieurs problèmes de sécurité.

Selon Chris Bussey, plusieurs pompiers retraités retournent temporairement au travail pour permettre la reprise des vols.

Il nous restait deux pompiers plus tôt cette semaine. Nous avons quelques pompiers qui sont récemment partis à la retraite à qui nous avons demandé de retourner temporairement au travail. Alors, on a assez de pompiers pour nous dépanner pendant une ou deux semaines, affirme-t-il.

Je comprends les difficultés financières de l’aéroport, ajoute -t-il, en reconnaissant que le nombre de vols et de passagers à l’aéroport a diminué radicalement depuis le début de la pandémie. Mais nous avons le strict minimum de travailleurs à la caserne de pompiers. Il y aura désormais un minimum, mais aussi un maximum de trois pompiers [par quart de travail]. Si quelqu’un prend ses congés annuels, ou n’importe quel congé, les autres pompiers devront faire des heures supplémentaires pour le remplacer.

J’espère que l’aéroport va réévaluer le niveau de personnel.

Avec les informations de François-Pierre Dufault et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !