•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un couple de Sydney en N.-É. est frustré de l’attente pour un logement social

Le couple est debout à l'extérieur.

Jonathan et Victoria Mercer disent qu'ils ont fait leur première demande de logement social le 26 octobre, mais ils attendent toujours de savoir s'ils sont admissibles.

Photo : CBC/Erin Pottie

Radio-Canada

Un couple de Sydney, en Nouvelle-Écosse, attend toujours de savoir s’il est admissible pour un logement social des mois après s’être inscrit. Jonathan et Victoria Mercer pensent que le processus devrait être plus rapide et plus facile pour les personnes qui ont désespérément besoin d'un logement.

Ils ont fait une première demande auprès de la Régie du logement de l'île du Cap-Breton à la fin octobre. Peu de temps après, ils ont reçu une lettre disant que leur admissibilité serait déterminée dans quelques semaines. Mais ils n'ont plus rien entendu depuis.

Ils pourraient nous appeler et nous dire ce qui se passe, faire le point sur notre dossier pour ne pas qu’on ait à appeler constamment, dit Jonathan Mercer.

« Il faut comprendre la situation dans laquelle se trouvent les gens et essayer de les aider. »

— Une citation de  Jonathan Mercer, père de famille de Sydney

En février, le couple attend un autre enfant et 'il n'y a tout simplement plus de place dans leur logement actuel.

C’est difficile de dormir la nuit, juste constamment inquiet, partage le père de famille.

On se demande toujours si on va trouver un endroit. On passe des nuits à chercher des logements et à prendre des numéros, à appeler des gens et à laisser des messages vocaux.

Jonathan Mercer travaille dans un centre d'appels de Sydney au salaire minimum. Son budget est d'environ 1 500 $ par mois, tout inclus. La famille n'a pas de véhicule, donc tout logement doit être à proximité de son lieu de travail.

C’est le genre d’histoire que JoAnna LaTulippe-Rochon entend régulièrement. Elle est directrice générale du centre des ressources pour la famille de Sydney.

JoAnna LaTulippe-Rochon parle devant une auditoire.

JoAnna LaTulippe-Rochon dit que de nombreuses personnes ont du mal à s'inscrire sur la liste d'attente pour un logement social.

Photo : Radio-Canada

L'organisme à but non lucratif offre un soutien aux familles par le biais de cours et de jeux organisés.

Les familles sont dans des logements inappropriés et elles essaient de faire mieux pour elles-mêmes, constate JoAnna LaTulippe-Rochon. Elle explique qu’un des problèmes c’est que lorsque les familles trouvent un logement en dehors des logements sociaux, ça absorbe souvent une plus grande partie de leurs revenus.

Il y a moins d'options sur le marché, explique-t-elle. C'est très difficile. Nos coûts alimentaires augmentent et c’est vraiment difficile pour les gens de se rendre à la fin du mois.

Pénurie de logements à l'échelle de la province

La Nouvelle-Écosse est au milieu d'une pénurie de logements et les prix des loyers ont beaucoup augmenté. La province a cinq régies régionales du logement pour aider.

Dans le cadre de ce système, les locataires paient un loyer mensuel basé sur le revenu brut du ménage. Au Cap-Breton, il y a 904 personnes sur la liste d'attente.

Dans un communiqué, la porte-parole du ministère des Affaires municipales et du Logement, Krista Higdon, dit que dans les deux derniers mois, l'attente moyenne pour le traitement des demandes était inférieure à six semaines.

Elle rappelle que l'admissibilité est basée sur la situation familiale du demandeur, ses besoins en matière de logement, ses antécédents de location et ses revenus.

« Tout le monde mérite un endroit sûr et abordable où vivre. »

— Une citation de  Krista Higdon, porte-parole du ministère des Affaires municipales et du Logement

Nous comprenons que la recherche de logements abordables peut parfois être frustrante, dit Krista Higdon.

Nous nous engageons à accroître l'offre de logements abordables pour tous les Néo-Écossais qui en ont besoin.

En octobre dernier, la province a annoncé qu'elle dépenserait 35 millions de dollars en logements abordables pour créer 1 100 nouvelles places. C'est 10 millions $ de plus que ce que recommandait initialement la commission du logement abordable de la province.

Avec les informations d'Erin Pottie de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !