•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des éclosions de COVID-19 touchent 47 foyers au Nouveau-Brunswick

Plan rapproché de la main d'une femme âgée qui saisit un verre rempli de liquide vert.

Des éclosions de COVID sont en cours dans 47 établissements de soins de longue durée au Nouveau-Brunswick.

Photo : Reuters / Éric Gaillard

Radio-Canada

Des éclosions de COVID-19 dans 47 établissements de soins de longue durée touchent plus de 500 personnes au Nouveau-Brunswick.

Un porte-parole du ministère du Développement social de la province confirme jeudi que ces éclosions touchent 13 foyers de soins et 34 foyers de soins spéciaux.

Dans les foyers de soins spéciaux, 279 résidents et 169 membres du personnel sont actuellement positifs à la COVID.

Dans les 13 foyers de soins en question, ce sont 33 résidents et 60 employés qui ont la maladie.

Au total, il y a donc 541 personnes atteintes : 312 résidents et 229 travailleurs.

Marcel Larocque, président du conseil d’administration de l’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick (AFANB), est alarmé de cette situation.

Encore une fois, nos aînés, une population vulnérable, se désole-t-il.

Bonus temporaire pour les employés

Une préposée de soins de santé dans une chambre pour patient.

Environ 8000 travailleurs pourraient bénéficier du complément salarial d'urgence.

Photo : Radio-Canada

Dans les derniers jours, le gouvernement néo-brunswickois a annoncé qu’il haussait temporairement le salaire de certains des travailleurs les moins bien payés.

Jusqu’au 14 mars, certains travailleurs qui reçoivent moins de 18 $ de l’heure pourront avoir un complément salarial d’urgence de 3 $ supplémentaires de l’heure.

Les personnes admissibles sont les travailleurs de foyers de soins et d'établissements de soins spéciaux, les travailleurs de soutien à domicile, les intervenants en violence conjugale, le personnel des refuges pour individus sans-abri, les employés des maisons de transition et les salariés des banques alimentaires et soupes populaires.

En contrepartie, des places d’urgence créées dans des foyers de soins accueillent maintenant, à court terme, des patients qui attendaient dans les hôpitaux qu’une place se libère.

Nécessité d’une vision plus grande

Marcel Larocque en entrevue par webcam.

Marcel Larocque, président de l’Association des aînés francophones du Nouveau-Brunswick, le 4 mars 2021.

Photo : Radio-Canada

Marcel Larocque craint que ce ne soit pas suffisant.

Il faut des stratégies plus grandes que ça, il faut une vision plus grande que ça. Nous sommes en temps de crise, soutient-il.

Le représentant de l’association des aînés invite Fredericton a délier davantage les cordons de sa bourse.

La province estime que son complément d’urgence va distribuer 8 millions de dollars à des travailleurs.

Je pense que le gouvernement a des argents, et il nous dit même qu'il a des argents supplémentaires, dit Marcel Larocque. Il va falloir les investir aux bonnes places. Et dans les bonnes places, c'est la population. Et par dignité, pourquoi pas dans nos aînés?

D’après le reportage de Pascal Raiche-Nogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !