•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouvel outil de modélisation permettrait de mieux prévoir les risques d’avalanches

Une montage enneigée où se produit une avalanche.

Les modélisations informatiques de l'étude sont basées sur 16 ans de données quotidiennes sur la météorologie, le manteau neigeux et les avalanches de trois sites.

Photo : getty images/istockphoto / Lysogor

Une nouvelle simulation informatique permet de prévoir avec précision les risques d'avalanche, selon une étude internationale dont font partie des chercheurs de la Colombie-Britannique.

Au Canada, les prévisions d'avalanches sont habituellement basées sur les données des stations météorologiques et les observations du manteau neigeux sur le terrain.

Les chercheurs de l'étude (Nouvelle fenêtre) (en anglais), parue en décembre dans Cold Regions Science and Technology, ont fait des modélisations informatiques basées sur 16 ans de données quotidiennes sur la météorologie, le manteau neigeux et les avalanches de trois sites.

Deux sites sont au Canada (Whistler et le col Rogers en Colombie-Britannique), le troisième est en Suisse (Weissfluhjoch à Davos). Les données ont été récupérées de 1999-2000 à 2015-2016 pour la Suisse, et de 2015-2016 à 2019-2020 pour le Canada.

Les résultats de l'étude ont montré que la modélisation était cohérente avec les avalanches observées au cours des 16 années étudiées et qu’elle a le potentiel d’aider à prévenir les avalanches.

Les montagnes rocheuses.

Les chercheurs pensent que la modélisation pourrait aussi être utile pour étudier les impacts futurs du changement climatique sur l'instabilité de la neige.

Photo : CBC/Dave Gilson

Pour François-Xavier Gagnon, instructeur professionnel chez Avalanche Canada, la modélisation sera un outil de plus, mais ne pourra pas totalement remplacer la collecte de données sur le terrain.

Il est difficile de prévoir comment certaines couches profondes de neige vont évoluer au cours d’une saison, je ne suis pas sûr que dans certaines situations la modélisation va être capable de donner plus de réponses que nous en allant creuser sur le terrain.

François-Xavier Gagnon au sommet d'une montagne enneigée

François-Xavier Gagnon partage ses conseils pour se préparer en cas d'avalanche.

Photo : courtoisie de François-Xavier Gagnon

« Je pense que ça va vraiment aider sur des endroits où il n’y a pas beaucoup de gens sur le terrain comme le Yukon ou l'île de Vancouver, et aussi en début de saison lorsque les stations de ski n’ont pas encore de patrouilleurs qui font des évaluations.  »

— Une citation de  François-Xavier Gagnon, instructeur professionnel, Avalanche Canada

Pour Simon Horton, chercheur au Centre de recherche sur les risques naturels de SFU, prévisionniste chez Avalanche Canada et co-créateur de la simulation, il s'agit surtout d'un outil pouvant servir d'aide à la décision pour les prévisionnistes, en particulier en période d'incertitude. Nous en sommes aux tout premiers stades de l'apprentissage de l'utilisation de ces outils pour la prévision des avalanches.

Un skieur descent une montagne

Les prévisions d'avalanches sont habituellement basées sur les données des stations météorologiques et les observations du manteau neigeux sur le terrain.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

François-Xavier Gagnon et Simon Horton s'accordent pour dire qu’un des éléments essentiels pour éviter les accidents liés aux avalanches reste l’attitude qu’adoptent les gens en montagne.

Avoir suivi un entraînement aux avalanches, connaître son environnement, savoir lire les informations d’Avalanche Canada et avoir le bon équipement sont des éléments qu’aucune modélisation ne pourra remplacer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !