•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rouyn-Noranda abandonne l’ajout d’un dôme au terrain synthétique de l’UQAT

Vue sur le dôme du stade Canac depuis les gradins longeant la ligne du troisième but.

Vue sur le dôme du stade Canac à Québec. (archives)

Photo : Radio-Canada

Après avoir entamé des démarches pour l’installation d’un dôme sur le terrain synthétique derrière l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), la Ville de Rouyn-Noranda délaisse finalement ce projet. Une solution de rechange à un complexe multisports qui aurait pu permettre de répondre au manque flagrant de plateaux sportifs sur son territoire.

La Ville avait engagé un partenariat avec le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue afin d’utiliser une demande de financement auquel il a accès auprès du gouvernement. L’UQAT appuyait également le projet.

La mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, indique que son administration n’a pas voulu aller plus loin dans les démarches principalement pour des raisons environnementales.

On parlait d’un dôme chauffé au gaz et d’une toile avec une durée de vie d’une quinzaine d’années. C’est sûr que l’impact environnemental, si on compare avec un bâtiment permanent, c’était assez majeur, soutient-elle.

De plus, la Ville aurait eu à débourser environ 300 000 $ par année pour l’entretien de la structure, selon la mairesse.

Le Club de soccer Boréal déçu

Deux lettres d’appui au projet de dôme ont été signées par le Club de soccer Boréal. Le directeur général, Sylvain Desnoyers, comptait sur cette infrastructure pour améliorer la pratique du sport l’hiver, les gymnases scolaires n’étant pas adaptés au soccer selon lui.

C’est vraiment un gros pas en arrière pour notre organisation. On avait beaucoup d’espoirs de miser là-dessus, et on doit recommencer à zéro une nouvelle fois, estime-t-il.

Des besoins toujours présents

Sylvain Desnoyers soutient que le manque de plateaux sportifs adaptés à Rouyn-Noranda limite les ambitions du Club de soccer Boréal.

On est obligés de restreindre l’inscription de certains groupes parce qu’on n'a pas les plateaux appropriés. [...] On est incapables d’offrir un programme de sport-études. C’est la même chose pour les concentrations, on se ramasse avec un groupe restreint de vingt jeunes, fait-il remarquer.

Diane Dallaire affirme que l’ajout d'infrastructures sportives est un dossier ardu et que le conseil municipal souhaite toujours un complexe multisports.

C’est clair qu’on vise cela. Par contre, je ne dis pas qu’il n’y a pas de solutions alternatives qui pourraient répondre à des besoins criants, précise la mairesse.

La Ville se concentre à poursuivre ses interventions et discussions auprès du gouvernement provincial pour le financement de nouveaux plateaux sportifs, assure Mme Dallaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !