•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal adopte son budget de fonctionnement pour 2022

Le centre-ville de Montréal, l'hiver.

La Ville de Montréal s'est dotée cette année d'un budget record de 6,46 milliards de dollars.

Photo : iStock

Comme prévu, le budget 2022 de la Ville de Montréal et son programme décennal d'immobilisations (PDI) ont été adoptés à l'issue d'une séance extraordinaire du conseil municipal, jeudi après-midi. En tout, 39 élus ont voté pour; 25 ont voté contre.

Majoritaires, les troupes de Projet Montréal n'ont eu aucune difficulté à imposer leur budget, le premier depuis la réélection de Valérie Plante à la mairie, en novembre dernier. Elles ont par ailleurs obtenu le soutien de l'Équipe LaSalle, un parti local qui a récolté tous les sièges de cet arrondissement, l'automne dernier.

À l'inverse, Ensemble Montréal – l'ancien parti de Denis Coderre – et l'Équipe Anjou du maire d'arrondissement Luis Miranda se sont opposés à l'adoption du budget, mais en vain.

Mercredi, le chef de l'opposition officielle, Aref Salem, avait déjà fait savoir qu'il entendait voter contre le texte, jugeant que celui-ci prévoyait une hausse des dépenses beaucoup trop élevée.

Le porte-parole d'Ensemble Montréal en matière de finances, Alan DeSousa, accuse l'administration de beaucoup trop endetter les Montréalais.

« Je n'ai jamais vu ça dans l'histoire de Montréal. On s'endette pour accumuler l'argent, pour être capable de montrer que, oui, on a l'argent pour payer comptant. C'est une mauvaise gestion, je suis éberlué par le geste. »

— Une citation de  Alan DeSousa, porte-parole d'Ensemble Montréal en matière de finances

La présidente du comité exécutif, Dominique Ollivier, rejette les critiques. Elle précise que la Ville a profité des bas taux d'intérêt pour emprunter certaines sommes et qu'elle ne pouvait pas prévoir à quel point la pandémie durerait longtemps.

Notre administration a déposé un budget qui était équilibré, qui a cherché à respecter la capacité de payer de la population montréalaise et qui n'a pas vraiment ajouté de poids sur la dette du côté du budget de fonctionnement, a plaidé celle qui est également conseillère de la ville du Vieux-Rosemont.

Les élus de Projet Montréal ont par ailleurs rejeté jeudi une demande d'amendement de l'opposition officielle, qui voulait inscrire au PDI le projet destiné à doter l'arrondissement de Montréal-Nord d'un centre sportif.

Les besoins sont bien réels, mais le projet – pourtant promis en campagne électorale – requiert une analyse plus rigoureuse, a fait valoir l'administration.

Sur Twitter, le responsable de la participation citoyenne et de la démocratie au comité exécutif, Robert Beaudry, s'est d'ailleurs dit consterné de voir Ensemble Montréal proposer de couper quelque 75 millions de dollars dans le budget participatif de la Ville afin de financer le projet de centre sportif.

Une dernière étape à franchir

Le budget 2022 de la Ville de Montréal sera soumis vendredi au conseil d'agglomération, qui regroupe les villes liées comme Dorval et Pointe-Claire. Ces municipalités s'opposent elles aussi au texte, mais l'adoption de celui-ci ne fait aucun doute puisque l'administration Plante détient, là aussi, la majorité des droits de vote.

Cette prépondérance au conseil d'agglomération est particulièrement frustrante pour les villes défusionnées, qui réclament depuis plusieurs années une refonte de la formule utilisée pour calculer leur contribution financière.

L'une d'entre elles, Beaconsfield, a même décidé de se tourner vers les tribunaux pour obtenir justice en réclamant un remboursement de plus de 6 millions de dollars.

Le budget de la Ville de Montréal a été présenté juste avant les Fêtes, le 22 décembre dernier. Il prévoit des dépenses de 6,46 milliards de dollars pour 2022, soit 1,3 % de plus que l'an dernier, ainsi qu'une augmentation moyenne de 2 % des taxes résidentielles.

L'étude publique du budget et du PDI a été l'occasion pour plusieurs services d'exposer les détails de leurs planifications financières, à commencer par la police et son chef Sylvain Caron, qui souhaiterait notamment fermer des postes de quartier pour réaliser des économies et réinvestir celles-ci dans les patrouilles.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !