•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Petit-Saguenay : une pénurie de logements, mais des HLM vides

Des maisons colorées dans une rue l'hiver.

Plusieurs HLM sont vacants à Petit-Saguenay.

Photo : Radio-Canada / Rémi Tremblay

C'est un véritable casse-tête de se trouver un toit à Petit-Saguenay. Selon le maire de l'endroit, Philôme La France, le taux d'inoccupation des appartements privés y est actuellement nul. Dans ce contexte, il déplore qu'au moins six habitations à loyer modique (HLM) soient libres dans sa municipalité.

On est en crise du logement depuis des années à Petit-Saguenay. On a un taux d'occupation des logements privés qui est à 100 %, a mentionné le maire La France.

Dans ce contexte de rareté, une aberration perdure : des habitations à loyer modique sont vacantes dans cette municipalité du Bas-Saguenay.

Cette situation horripile le maire Philôme La France et ses concitoyens.

Les gens qui veulent se loger chez nous ne sont pas capables de le faire et on a des logements vides. Pour la population, c'est particulièrement frustrant, a-t-il enchaîné.

Pourtant, au fil du temps, des efforts ont été investis par les élus locaux pour tenter de trouver de nouvelles vocations pour les HLM libres.

On a essayé de les convertir en un organisme à but non lucratif qui aurait plus de latitude pour la location, mais c'était une voie qui était difficile à suivre. On a tenté de demander la conversion de ces logements-là en appartements pour personnes âgées. Ça aussi, ça s'est révélé infructueux, a ajouté le maire saguenois.

Comme ces démarches ont été vaines, des HLM en bon état demeurent vides, et ce, depuis longtemps.

Un homme sourit dans son bureau.

Le maire de Petit-Saguenay, Philôme La France

Photo : Radio-Canada / Rémi Tremblay

Les critères d'admissibilité à ces logements sont directement en cause.

Actuellement, on a à peu près six ou sept logements du côté de Petit-Saguenay qui sont disponibles, mais il y a quand même un certificat de conformité qui régit l'admissibilité des gens pour y avoir droit. C'est ce qui dicte qui peut entrer dans les logements, a précisé Arianne Villeneuve, directrice du service à la clientèle à l’Office municipal d'habitation de Saguenay.

Pour réduire le nombre d'habitations à loyer modique vacantes, le gouvernement du Québec a déjà commencé à revoir les conditions d'admissibilité en vigueur.

D'ailleurs, pas plus tard qu'en mai dernier, certains de ces critères ont été révisés.

On a assoupli les critères. Par exemple, pour habiter un HLM, le revenu devait être de 21 000 $ à Petit-Saguenay. On l'a augmenté à 27 000 $ pour une personne seule. Pour les couples, on parlait de 26 000 $. On l'a haussé à 34 000 $, a souligné Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l'Habitation.

Se voulant rassurante, la ministre a promis que d'autres assouplissements sont à venir notamment pour que les HLM deviennent plus facilement accessibles à des clientèles comme les immigrants et les travailleurs étrangers temporaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !