•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Dr Ngola poursuit le gouvernement du N.-B., la GRC et Facebook

Le médecin avait été pointé du doigt comme étant la source d'une éclosion de COVID-19 dans le Restigouche.

Un homme en entrevue avec une femme.

Le Dr Jean-Robert Ngola lors d'une entrevue télévisée (archives).

Photo : Mia Sheldon/ CBC

Radio-Canada

Les avocats du Dr Jean-Robert Ngola déposent un avis de poursuite contre le gouvernement du Nouveau-Brunswick, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la société Meta, propriétaire de Facebook.

Le document affirme, entre autres, que le médecin a été victime de racisme systémique, d'abus de pouvoir, de négligence, de diffamation, de poursuite malveillante et d’une violation de ses droits.

Il s'agit d'une bataille pour le droit, la dignité humaine et contre le racisme, a dit le Dr Jean-Robert Ngola jeudi après-midi.

Ce développement survient plus de sept mois après que l’équipe juridique du médecin eut annoncé son intention de poursuivre la province et la GRC.

Dans l'avis de poursuite de 47 pages, les avocats Christian Michaud et Joël Étienne reviennent longuement sur les grandes lignes de cette affaire, qui s’est déroulée au printemps 2020.

À l’époque, une importante éclosion avait ébranlé le Restigouche. En conférence de presse, le premier ministre avait affirmé qu’un professionnel de la santé ne s’était pas isolé à son retour d’un voyage de nature personnelle au Québec.

Blaine Higgs n’avait pas nommé le Dr Ngola. Toutefois, l’identité du médecin établi à Campbellton n’avait pas tardé à circuler dans les médias sociaux, où il a été ciblé par de nombreux commentaires disgracieux, notamment sur Facebook.

Il a plus tard été accusé d’avoir enfreint l’arrêt d’urgence. Cette accusation a par la suite été retirée, en juin 2021.

Le Dr Ngola a alors réclamé des excuses au premier ministre, qui a catégoriquement refusé de le faire.

Dans l’avis de poursuite déposé jeudi, les avocats réitèrent cette demande. Le Dr Ngola s’attend à des excuses publiques de la part de la GRC et du gouvernement du Nouveau-Brunswick, peut-on y lire.

Ils accusent également le gouvernement et la force policière d’avoir fait preuve de racisme et soutiennent que l’expérience du Dr Ngola est une conséquence du racisme systémique.

La plateforme Facebook a été ajoutée à la liste des défendeurs, car selon les avocats du Dr Ngola, elle n’a pas supervisé adéquatement les commentaires faits à l'égard de leur client sur Facebook et a manqué à son devoir de diligence. Les avocats lui réclament 3 % de ses profits globaux.

Le document ne précise pas quelles compensations financières sont réclamées au gouvernement du Nouveau-Brunswick et à la GRC.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick a refusé de commenter cette affaire, jeudi, puisqu’elle se trouve devant les tribunaux. Blaine Higgs n’est pas directement nommé dans la poursuite.

Le Dr Jean-Robert Ngola pratique désormais la médecine au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !