•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse de taxes de 5,4 % à Lebel-sur-Quévillon

La ville en hiver.

Le nouveau conseil municipal a adopté un budget de 6,8 M$.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Les contribuables de Lebel-sur-Quévillon verront leur compte de taxes augmenter de 5,4 % en 2022.

Le nouveau conseil municipal a adopté un budget de 6,8 M $, mercredi soir. Pour le propriétaire d’une résidence moyenne, la facture de taxes passera à 2554 $, soit une augmentation de 139 $.

La majeure partie de cette hausse provient d’une nouvelle taxe spéciale liée au remboursement de deux règlements d’emprunt, pour la réfection de l’aéroport et le nouveau garage municipal.

Je ne cacherai pas que je trouve ça gros, 5,4 %, mais les taxes spéciales pour ces deux projets représentent à elles seules 3,5 %. Ces dépenses-là ont été faites et on ne peut pas les revirer. On va les payer sur 20 et 25 ans. Je suis à l’aise avec le budget qu’on a préparé, précise le nouveau maire, Guy Lafrenière.

Un homme portant une chemise et une cravate regarde au loin, souriant.

Guy Lafrenière, maire de Lebel-sur-Quévillon

Photo : gracieuseté

Lebel-sur-Quévillon doit aussi composer avec une diminution de 260 000 $ d’une subvention versée aux municipalités du Nord-du-Québec dans le cadre d’une entente datant de 2003 avec Hydro-Québec.

Le volet de cette entente concernant le barrage d’Eastmain est venu à échéance l’an dernier. J’ai été surpris d’apprendre ça au mois de décembre. Il a fallu se revirer de bord et on a réussi à réduire nos dépenses d’opération de 200 000 $, même si on sait que tout coûte plus cher de nos jours.

Château d’eau en fin de vie

Lebel-sur-Quévillon prévoit des dépenses de 1,5 M$ en immobilisations en 2022, la moitié étant consacrée à achever la construction du garage municipal.

La Ville pourrait cependant se retrouver avec une dépense majeure l’an prochain, puisque son château d’eau est arrivé en fin de vie.

Les études commandées par l’ancien conseil nous disent qu’il a une espérance de vie entre zéro et cinq ans. On va faire préparer dès cet hiver une estimation des coûts pour le réparer en 2023, en plus de plusieurs équipements de notre station d’eau potable. À première vue, on nous dit que ça pourrait coûter entre 3 et 4 M$. C’est sûr qu’on aura besoin de subventions, mais ce n’est pas un sujet de discussion. On parle de l’accès à l’eau potable et c’est sûr qu’on va le réparer, ajoute le maire.

Lebel-sur-Quévillon va aussi commander des analyses de sols sous son centre communautaire, qui s’est affaissé de quelques centimètres l’été dernier.

On n’a aucune idée de ce qui s’est passé. Il y a plein de possibilités. Y a-t-il des fuites d’eau? Est-ce que la glaise s’est asséchée? On doit le savoir rapidement, pour voir s’il faudra faire une intervention. On ne veut pas que ça se reproduise, conclut le maire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !