•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier ancêtre du Diplodocus courait sur ses deux pattes arrière

Des dinosaures Diplodocus dans leur milieu naturel. (illustration artistique)

Les dinosaures sauropodes géants, comme le Diplodocus, pouvaient peser 50 tonnes.

Photo : iStock / Warpaintcobra

Radio-Canada

L’ancêtre des dinosaures sauropodes géants de 50 tonnes, comme le Diplodocus, courait sur ses deux pattes arrière et utilisait ses membres antérieurs pour saisir la nourriture, montrent les travaux de scientifiques britanniques.

Les travaux réalisés par le chercheur Antonio Ballell et ses collègues de l’Université de Bristol ont permis de reconstruire la musculature des membres du Thecodontosaurus antiquus, qui avait la taille d’un loup et qui peuplait le territoire du Royaume-Uni pendant la période du Trias, il y a environ 205 millions d'années.

Illustration montrant la musculature des membres d'un Thecodontosaurus antiquus.

La musculature des membres d'un Thecodontosaurus antiquus.

Photo : Université de Bristol/Gabriel Ugueto

Repères

  • Le Thecodontosaurus antiquus est l'une des premières espèces de dinosaures découvertes. Elle a été décrite par la science dès 1836.
  • L'Université de Bristol abrite une importante collection de fossiles de Thecodontosaurus très bien conservés, découverts dans les environs de l’institution.

Dans un premier temps, l’équipe a détaillé les muscles les plus importants impliqués dans le mouvement du Thecodontosaurus. C’est ce travail qui a permis d’établir que les espèces de ce genre avaient des muscles du coude bien développés, mais un mouvement limité de l'épaule. Cela suggère que les Thecodontosaurus utilisaient leurs membres antérieurs pour agripper la nourriture, et non pour marcher.

Ce qui est étonnant avec ces os fossilisés, c'est que beaucoup d'entre eux conservent les cicatrices et les rugosités que la musculature des membres a laissées sur eux, affirme dans un communiqué Antonio Ballell, doctorant et auteur principal de l'étude.

Ces caractéristiques sont extrêmement précieuses pour déduire la forme et la direction des muscles des membres. La reconstruction des muscles d'espèces éteintes nécessite ce type de préservation exceptionnelle des fossiles, mais aussi une bonne compréhension de l'anatomie musculaire d'espèces vivantes étroitement apparentées, note Antonio Ballell.

De nos jours, pour étudier les dinosaures, les chercheurs doivent donc se tourner vers les crocodiliens et les oiseaux actuels, qui forment le clade des archosauriens. Les dinosaures sont des membres éteints de cette lignée, et en raison de la ressemblance évolutive, nous pouvons comparer l'anatomie des muscles chez les crocodiles et les oiseaux, et étudier les cicatrices qu'ils laissent sur les os, pour identifier et reconstruire la position de ces muscles chez les dinosaures, explique M. Ballell.

Ce type de reconstructions musculaires est fondamental pour comprendre les aspects fonctionnels de la vie des organismes disparus. Nous pouvons utiliser ces informations pour simuler la façon dont ces animaux marchaient et couraient, avec des outils informatiques, ajoute la Pre Emily Rayfield, coauteure de l'étude.

Ainsi, d'après la taille et l'orientation des muscles de ses membres, les auteurs affirment que le Thecodontosaurus était assez agile et qu'il utilisait probablement ses membres antérieurs pour saisir des objets.

C’est une différence notable avec ses parents ultérieurs, les sauropodes géants, qui ont en partie atteint ces tailles énormes en adoptant une posture quadrupède. L'anatomie musculaire du Thecodontosaurus semble indiquer que les caractéristiques clés des dinosaures de la lignée des sauropodes ultérieurs avaient déjà évolué chez cette espèce précoce.

Du point de vue de l'évolution, notre étude ajoute de nouvelles pièces au casse-tête de la façon dont la locomotion et la posture ont changé au cours de l'évolution des dinosaures et dans la lignée des sauropodes géants, renchérit le Pr Mike Benton, un autre coauteur.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Royal Society Open Science (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !