•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture annoncée pour le Marché mobile de Gatineau

Gros plan sur le logo du Marché mobile de Gatineau.

Le Marché mobile de Gatineau se déplaçait principalement dans les déserts alimentaires de la région (archives).

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Le Marché mobile de Gatineau cessera ses activités. C'est ce qu'a annoncé son conseil d’administration par communiqué, jeudi, expliquant la décision par un manque de financement stable ainsi qu'une mobilisation insuffisante des partenaires et des membres de la coopérative.

« C’est une triste nouvelle, une décision qui a été assez difficile à prendre », a dit d'emblée, en entrevue à l'émission Sur le vif, la présidente de l’organisme, Julie Cazes.

Elle a expliqué que les recettes n'étaient pas suffisamment au rendez-vous et le modèle de la coopérative ne fonctionnait plus, après cinq ans d'activités.

« C’est rapidement devenu un boulet au détriment de la mission », a-t-elle résumé.

Autant d’énergie et de ressources pour permettre à nos membres d’acheter des fruits et légumes frais à moindres coûts, c’était une bonne idée il y a cinq ans. Toutefois, la structure choisie était mal adaptée pour [soutenir] cette mission, a renchéri Michaël Daudelin, directeur général du Marché mobile, par communiqué.

Évidemment, le conseil d’administration est sensible aux pertes d’emploi encourues par la dissolution de l’organisme et nous soutenons nos employés dans leur recherche d’emploi, a ajouté Mme Cazes, dans le même communiqué.

La décision de mettre la clé sous la porte a été prise au cours d’une assemblée générale, jeudi, à laquelle 19 personnes ont pris part. La corporation sera dissoute et les actifs liquidés.

Le Marché mobile de Gatineau et sa coopérative, qui comptait 535 membres, avaient pour mission d’offrir des produits frais, à prix abordable, dans des quartiers considérés comme étant des déserts alimentaires, et ce, aux quatre coins de la ville.

Selon Mme Cazes, le fait que le territoire à couvrir était vaste et que le passage du marché dans chaque quartier était éphémère complexifiait la donne, au chapitre de la fidélisation de la clientèle.

« Ce que je pourrais conseiller aux gens qui voudraient démarrer une initiative comme celle-là, c’est de rester le plus local possible, de créer quelque chose où il y a déjà une communauté d’appartenance, où il y a déjà une vie de quartier [...], où les gens connaissent leurs voisins », a-t-elle soutenu en entrevue.

À son avis, il n'est pas impossible de « récupérer » le concept du Marché mobile pour le faire revivre autrement.

Pour l'heure, les avoirs restants de la corporation seront remis à la Coopération de solidarité du Marché de l’Outaouais qui a été un partenaire important.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !