•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Futur hôpital de l’Outaouais : nouvel appui pour un emplacement au centre-ville

L'homme est interviewé dans son bureau

Guy Morissette, médecin, ancien directeur des services professionnels au CISSS de l'Outaouais (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un acteur important du réseau de la santé de l'Outaouais milite pour que le futur hôpital soit en plein cœur du secteur urbain de Gatineau.

Dans une lettre envoyée aux médias, Guy Morissette, ancien directeur des services professionnels au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais, prend clairement position dans ce dossier. Il joint ainsi sa voix à celle de plusieurs autres, dont l’ancien ministre et ex-ambassadeur Lawrence Cannon, qui réside à Gatineau.

Le spécialiste de la santé est convaincu que le nouvel établissement qui desservira la population de l’ensemble de l'Outaouais doit être construit dans le secteur de Hull, à Gatineau. Il faut être accessible pour tous, facilement, et tout près des milieux communautaires.

Ce qu’on voit comme tendance en Amérique du Nord, au Québec, dans différentes provinces, c’est que des structures comme ça sont construites près des centres-villes, parce qu’il y a là un message pour le citoyen, c’est un symbole, ça dépasse l’hôpital. [...] Quand je regarde ce qui se passe, regardez le CHUM à Montréal, [...] c’est au centre-ville que sont construits ces immeubles-là, insiste-t-il en entrevue à l'émission Les matins d'ici, vendredi.

Le médecin croit qu’il ne faut pas s’attarder à un site attrayant en raison de la vaste superficie du terrain. Une construction en hauteur est possible et même souhaitable, selon lui. L’infrastructure elle-même peut être construite de différentes façons et adaptée aux besoins de l’environnement, avec l’ensemble des expertises disponibles sur la planète.

Et le futur site doit aussi s'adapter à ceux qui y travaillent, ajoute-t-il en entrevue.

C’est un microcosme un établissement hospitalier. Il y a de multiples spécialités et corps de métiers et il y a une économie de déplacement qu’il faut regarder. Il y a des experts qui ont étudié ces questions-là et qui sont capables de conseiller les gens. Mais il faut y penser. La hauteur, par exemple, n’est pas nécessairement un obstacle. On pense jamais à un 10, 12, 15 étages pour un établissement comme ça, mais il y a un équilibre à avoir entre la hauteur et l’étendue avec des secteurs de soins qui sont facilement accessibles à l’intérieur même de l’établissement [...]. Que ce soit de l’urgence à la salle d’opération, au département d’imagerie, il y a des secteurs qui bougent beaucoup et qui sont très achalandés, plus que les ponts du matin des fois, plaisante-t-il.

Guy Morissette, qui se décrit comme un fier citoyen de l’Outaouais depuis plusieurs décennies, demande aux décideurs de faire preuve d’une grande rigueur dans ce dossier. Il écrit que peu importe le niveau de services de première ligne ou spécialisés qu’offrira le nouvel hôpital, le choix de l’endroit où il sera construit ne peut être bâclé.

Aucun compromis possible

L’homme, qui était autrefois PDG de l’Agence de la santé et de services sociaux de l’Outaouais, travaille depuis près d’un demi-siècle au sein du réseau de la santé de la région. Il estime que la localisation du nouvel hôpital ne doit faire l’objet d’aucun compromis.

Le scientifique souligne qu’un établissement hospitalier est bien plus qu’un lieu où on obtient des soins de santé. C’est un symbole imposant aux multiples dimensions insiste-t-il. Il faut le voir de partout.

« Le centre-ville du secteur Hull est le secteur à privilégier »

— Une citation de  Guy Morissette, médecin de famille et ancien directeur des services professionnels au CISSS de l'Outaouais

L’accès doit être facile et rapide, possible par tous les moyens de transport collectifs ou individuels modernes [...]. Il doit absolument être près du milieu communautaire, le plus loin possible de la perception d’une tour d’ivoire, distante et inaccessible : il doit faire partie du milieu.

Guy Morissette renchérit : [Le nouvel hôpital] doit aussi être rapproché des milieux administratifs, commerciaux et corporatifs, il est au cœur d’activités de tout acabit de la vie citoyenne.

Il relève également l’importance de conserver les liens si cruciaux avec les secteurs communautaires. Ces secteurs ont besoin d‘avoir un accès simple et aisé aux services, et ne pas se sentir exclus comme cela pourrait l’être si l’établissement hospitalier est situé en périphérie, distant et éloigné. (...) Ces organismes doivent avoir l’impression que les services sont accessibles, près d’eux.

Le médecin de famille, poids lourd du réseau de la santé, souligne ce qui est également à ses yeux un facteur non négligeable pour déterminer l’emplacement du nouvel hôpital : la proximité avec Ottawa. Il est, pour lui, essentiel de faciliter les liens entre l’Outaouais et les hôpitaux de la capitale fédérale, qui offrent certains services de santé ultraspécialisés auxquels recourt la région.

Alors que le ministre responsable de la région, Mathieu Lacombe a indiqué récemment qu'il était encore trop tôt pour parler précisément d'un lieu, le Dr Morissette insiste sur l'importance d'écouter tous les points de vue.

Si on fait une priorité de vouloir étudier tous les aspects qui vont être impliqués dans le choix du site, je vais avoir confiance. Il faut écouter les gens, entendre les points de vue divergents [...] et il ne faut pas partir avec une idée préconçue, estime-t-il en entrevue avec ICI Ottawa-Gatineau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !