•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sixième lien : plus de données nécessaires avant de se prononcer, dit la CCN

Vu du pont en contre-plongé.

Le pont Alexandra, l'un des cinq ponts interprovinciaux, vu de la rive québécoise (archives)

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Radio-Canada

La Commission de la capitale nationale (CCN) dit avoir besoin d'une mise à jour de certaines données avant de se prononcer sur la nécessité d'un sixième lien reliant Ottawa et Gatineau. Selon elle, il faudra attendre la fin de la pandémie avant d'obtenir une position claire. Pour les élus, il n'y a pas de temps à perdre.

La CCN a présenté son plan sur les liens interprovinciaux, jeudi. Si aucun détail clair n’a été énoncé par rapport à un sixième lien entre Gatineau et Ottawa, on réitère cependant l’intérêt pour un projet de la sorte.

Des orientations ont été présentées à court, à moyen et à long terme. C’est dans la dernière section qu’on aborde le cas d’un nouveau pont interprovincial.

« Un lien interprovincial de grande capacité réservé au transport en commun dans le cœur de la capitale améliorerait la connectivité et augmenterait considérablement la capacité de déplacement des personnes. »

— Une citation de  Extrait du communiqué de la CCN

Un nouveau lien, combiné à des mesures municipales visant à soustraire la rue Rideau et l’avenue King-Edward de l’itinéraire des camions, offrirait la possibilité de détourner les camions du cœur de la capitale, ajoute-t-on dans le communiqué, sans préciser s’il s’agit du même projet.

On soutient que ces conclusions proviennent des nombreuses rondes de consultations publiques et de mobilisation des parties prenantes.

Lucie Bureau, la responsable de la planification et des transports à la CCN, soutient qu'une mise à jour des données serait nécessaire avant de se prononcer sur la nécessité et la faisabilité d'un sixième lien.

Le transit des camions lourds au centre-ville semble être un enjeu considéré comme important dans l'analyse. Il y aura une étude pour comprendre le camionnage, les origines et destinations, les besoins et c’est avec ces nouvelles données qu’on pourra mieux comprendre le besoin d'un sixième pont, affirme-t-elle.

Pour mettre en place ce genre d'étude, il faudra attendre la fin de la pandémie puisque les données recueillies seront beaucoup plus représentatives de la réalité, selon la CCN. L'organisation soutient qu'on pourrait attendre jusqu'à la fin de 2023 avant d'avoir une position claire.

À la tête de la CCN, Tobi Nussbaum fait aussi valoir que ce n'était pas le mandat de notre rapport de décider si et comment on va procéder avec le sixième lien.

Ce dernier explique qu'un bureau a été mis en place en partenariat avec le gouvernement spécialement pour le sixième lien et que c'est cette équipe qui devra trancher.

Le temps presse, selon les élus

Pour moi, c’est clair, à la lumière de la campagne électorale que j'ai menée, [...] qu’il est essentiel qu’il y ait un sixième lien pour l’est, souligne la mairesse de Gatineau, France Bélisle.

Mme Bélisle dit s'attendre à ce que la CCN fasse preuve de leadership dans ce dossier et qu'elle tienne compte de l'accroissement de la population qui est prévu à Gatineau dans les prochaines années.

« Dans ce contexte-là, pour moi, le sixième lien est une infrastructure importante et ça doit cheminer. »

— Une citation de  France Bélisle, mairesse de Gatineau

Il s'agit d'un virage important à la mairie de Gatineau puisque le précédent maire s'était montré défavorable à l'ajout d'un sixième pont reliant Ottawa et Gatineau.

Le député fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon, ajoute que d'ici 10 ans, la congestion routière aura augmenté de 50 % entre Gatineau et Ottawa. Il est, à son avis, primordial de trouver une solution à ce problème.

Si la CCN soutient avoir besoin de nouvelles données avant de se prononcer, l'élu ne voit pas d'ambiguïté de son côté. Les gens de Gatineau n’ont plus besoin d’études pour affirmer le besoin, plaide-t-il.

Portrait de l'homme lors d'une entrevue à la caméra.

Le député fédéral Steven MacKinnon

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Le conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, partage cette opinion. Je suis un petit peu tanné des études, il faut aussi se concentrer sur les actions qui sont concrètes, lance-t-il.

Ce dernier concède cependant que les études ont une certaine utilité. Les analyses et les études qui ont été réalisées datent. Quels seront les achalandages post-COVID et quels seront les besoins lors du retour à la normale, demande-t-il.

Une chose est certaine, le plus urgent, c’est l’enjeu des camions pour le conseiller municipal. Il faut prioriser une résolution aux enjeux des camions interprovinciaux qui n’arrêtent pas à Ottawa ni à Gatineau et qui passent dans les rues du centre-ville d’Ottawa.

Avec les informations de Fiona Collienne et de Camille Boutin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !