•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La formation accélérée d’infirmières auxiliaires est reportée au Bas-Saint-Laurent

Une femme en tenue d'infirmière examine un poupon en plastique avec un stéthoscope.

La situation est trop fragile dans les établissements de santé pour se priver d'employés, selon le CISSS du Bas-Saint-Laurent (archives).

Photo : Collège Boréal

La cohorte de la nouvelle formation accélérée pour devenir infirmière auxiliaire n’a pas commencé les cours comme prévu le 17 janvier au Bas-Saint-Laurent.

Le Centre de santé et des services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent espère éviter des ruptures de service en mettant un frein temporairement à la formation, car sur les 52 personnes inscrites au programme, 30 sont déjà employées par les différents établissements de santé de la région.

Le nombre d’étudiants est ainsi insuffisant pour organiser deux cohortes, soit une classe de nouveaux candidats et une autre pour les employés du réseau.

Ce serait venu mettre une pression au niveau des besoins de l’organisation. Ça aurait nécessité davantage de temps supplémentaire ou le recours à la main-d’œuvre indépendante. Donc on souhaitait à ce moment-là amoindrir les effets pendant la période difficile qu’on vit actuellement en reportant la formation de quelques semaines, explique la coordonnatrice des services administratifs en ressources humaines au CISSS du Bas-Saint-Laurent, Katy Pelletier.

Le CISSS avait annoncé en décembre dernier, suivant les directives du ministère de la Santé et des Services sociaux, la création de 60 bourses de 20 000 $ pour obtenir un diplôme d’infirmière auxiliaire.

L'organisation encourage ses employés à s’inscrire à la formation. Toutefois, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) rappelle que l’objectif du programme est d’attirer de nouvelles ressources au sein du réseau. Il est donc essentiel de trouver un équilibre entre l’embauche de nouvelles ressources et le développement de ressources déjà à l’emploi, écrit par courriel la porte-parole Laura Fitzback.

À l’heure actuelle, la cohorte de la région est composée à 57 % d’employés du CISSS.

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent devra ainsi embaucher, dans les prochains mois, du personnel pour remédier au départ des employés qui laisseront leur poste vacant en s’inscrivant à la formation accélérée.

On a une préoccupation pour pallier ces manques. On va faire une campagne de promotion au courant de l’année sur les réseaux sociaux pour tenter de trouver du personnel, mentionne Mme Pelletier.

Le CISSS a jusqu’au 31 mars pour commencer les cours, selon le MSSS. L’organisation évalue les différentes options avec les Centres de services scolaire de la région de Rimouski, Rivière-du-Loup et Matane pour que la formation commence au mois de mars.

Somme toute, Québec maintient sa cible en souhaitant accueillir d’ici l’été 2023 2000 nouvelles infirmières auxiliaires.

Formation employée soutien administrative

Le CISSS indique par ailleurs que le programme de formation accélérée des employés de soutien administratif doit commencer le 14 février. Une cinquantaine de personnes se sont enregistrées sur 86 places disponibles.

La cinquième cohorte de préposés aux bénéficiaires doit également entamer sa formation à partir du 31 janvier si le nombre d’inscriptions minimal est atteint. Pour l’instant, 10 personnes se sont inscrites sur 16 bourses disponibles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !