•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changements climatiques : SAIT élaborera la maison du futur à Lytton, en C.-B.

Un arbre sans feuilles devant un pâté de maisons détruit par les flammes.

Quelques jours après avoir établi un nouveau record de chaleur au Canada, la région de Lytton, en Colombie-Britannique, a été presque entièrement détruite par un incendie.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

L'Institut des technologies du sud de l'Alberta (SAIT) aidera la communauté autochtone de Kanaka Bar à mettre au point des habitations résistantes aux feux de forêts, aux inondations et aux autres événements naturels créés par les changements climatiques.

Le projet de recherche et de construction de 4 à 8 maisons a été demandé et financé par le conseil de bande de Kanaka Bar, une communauté située à 14 kilomètres au sud de Lytton, en Colombie-Britannique, dont plusieurs membres ont perdu leur habitation lors des feux dévastateurs de juin 2021.

Ce feu catastrophique nous a démontré que les matériaux d’hier et d’aujourd’hui ne sont pas adaptés à l’environnement de demain, affirme le chef du conseil de bande, Patrick Michell.

Le centre des technologies de construction vertes de SAIT dirigera le projet qui s’échelonnera sur 10 mois. Une première phase de recherche sur les technologies existantes à travers le monde doit se terminer en mars, et la phase de construction et d’analyse des résultats suivra.

Ce centre spécialisé existe depuis 13 ans et a beaucoup d’expérience dans la recherche sur les technologies de développement durable, selon Mélanie Ross, la directrice de la recherche.

Nous savions que nous pouvions aider, nous pouvions être une tierce partie pour étudier toutes les offres reçues et conseiller la région sur les meilleurs systèmes pour les aider pour le long terme, dit-elle.

Au cours des prochaines semaines, un concours sera lancé afin de trouver des matériaux et des solutions de construction de logements pour mieux reconstruire, indique le site officiel.

Une fois les propositions reçues, l’équipe de Mélanie Ross testera les meilleures idées avant de faire ses recommandations avec l’aide de ses partenaires, le Collège de l’Okanagan et la compagnie de construction Seko.

Mélanie Ross espère que d’autres groupes se joindront à eux en cours de route pour offrir leur expertise et leur soutien financier. Patrick Michell évalue les coûts du projet à environ 3 millions de dollars. Une initiative de sociofinancement sera lancée pour aider à assumer les coûts.

Nous allons publier les résultats, dire de quelle façon les produits, les systèmes, les processus vont résister aux événements climatiques du futur, explique Mme Ross. Nous savons qu’il va y en avoir plus, peut-être même dans un mois! Il faut que nous dépêchions de bâtir, d'apprendre et de transmettre l’information parce que nous voulons vraiment éviter la destruction que nous venons d’avoir [à Lytton] ailleurs au Canada.

L’équipe espère que la construction des premières maisons sera terminée d'ici septembre 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !