•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre personnes sont mortes de froid à la frontière du Manitoba; un homme est arrêté

Un homme est accusé d’avoir fait passer des clandestins aux États-Unis.

Une voiture de la GRC

La Gendarmerie royale du Canada a découvert quatre corps près de la frontière américano-canadienne, à l'est d'Emerson, le 19 janvier 2022.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

Quatre personnes, dont un bébé, sont mortes au Manitoba en tentant de traverser la frontière avec les États-Unis, selon la Gendarmerie royale du Canada. L'arrestation aux États-Unis d'un homme accusé de migration clandestine a des liens possibles avec cette affaire.

Les corps ont été retrouvés mercredi à une dizaine de mètres de la frontière canado-américaine, du côté canadien, près d’Emerson. Deux adultes, une femme et un homme, ainsi que le bébé, ont été retrouvés ensemble.

Les policiers croient que les victimes sont mortes de froid.

Un autre corps, que la GRC pense être celui d’un adolescent, a été retrouvé un peu plus loin.

Une carte montrant le lieu approximatif où les victimes ont été découvertes.

Les victimes ont été découvertes à l'est d'Emerson, une ville située à la frontière entre le Canada et les États-Unis, à une centaine de kilomètres de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Le bureau du ministre fédéral de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a réagi avec tristesse à la découverte de ces corps et précise que la GRC poursuit son enquête, en collaboration avec l'Agence des services frontaliers du Canada et ses homologues américains du US Customs and Border Protection.

La représentante du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés au Canada, Rema Jamous Imseis, se dit attristée par ces décès. Quelles que soient les circonstances, dit-elle, personne ne devrait jamais avoir à choisir un périple aussi périlleux.

Des recherches des deux côtés de la frontière

Lors d’une conférence de presse jeudi matin, la commissaire adjointe et commandante de la GRC au Manitoba, Jane MacLatchy, a expliqué que les autorités américaines ont fourni des renseignements préoccupants à l'Équipe intégrée de la police des frontières de la GRC.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le groupe se déplaçait du Canada vers les États-Unis.

Des agents de la US Customs and Border Protection avaient appréhendé un groupe de personnes qui avait franchi la frontière entre les États-Unis et le Canada près d'Emerson, au Manitoba. L'une de ces personnes transportait des articles pour un bébé. Cependant, il n'y avait pas de bébé dans le groupe, a indiqué Jane MacLatchy.

Elle a affirmé que des recherches ont immédiatement été lancées des deux côtés de la frontière. Les corps ont été découverts après 4 heures de fouilles dans des conditions très difficiles.

Selon Jane MacLatchy, la GRC croit que les victimes sont mortes d’hypothermie. Nous travaillons à identifier les victimes, et des autopsies auront lieu afin d'établir les causes exactes des décès.

Des véhicules de la GRC dans un champ couvert de neige au Manitoba, à la frontière entre le Canada et les États-Unis.

Les policiers ont dû utiliser des motoneiges et d’autres véhicules tout-terrain pour fouiller le secteur.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

Jeudi matin, la police fédérale ignorait l’âge exact et la nationalité des victimes, ainsi que la raison pour laquelle elles tentaient de traverser la frontière. Les policiers canadiens ne pouvaient préciser le nombre de personnes arrêtées aux États-Unis.

Jane MacLatchy a souligné qu’il fallait parler de victimes, car selon les policiers, elles auraient reçu de l’aide pour se rendre dans le secteur frontalier, situé à environ 100 km au sud de Winnipeg.

Habituellement, on l’a vu dans le passé, il y a des groupes organisés qui aident les gens à traverser la frontière, a déclaré Jane MacLatchy.

Nous sommes très préoccupés [par la possibilité] que ces individus, dont un bébé, aient été abandonnés seuls au milieu d’un blizzard lorsqu’il faisait environ -35 [avec le facteur de refroidissement éolien], a-t-elle ajouté.

Une voiture de la GRC.

La Gendarmerie royale du Canada a découvert les quatre corps, à l'est d'Emerson, le 19 janvier 2022.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

Selon la police, les victimes se seraient retrouvées au milieu de champs à perte de vue dans la noirceur totale avec d’importantes accumulations de neige carrément infranchissables à pied. Les policiers ont dû utiliser des motoneiges et d’autres véhicules tout-terrain pour fouiller le secteur.

La commissaire adjoint et commandante de la GRC au Manitoba note que les tentatives pour traverser la frontière sont devenues moins fréquentes durant la dernière année.

Les policiers de la GRC continuaient de patrouiller dans le secteur à la recherche d’autres victimes potentielles.

Une arrestation aux États-Unis

Dans un communiqué publié en après-midi, le Bureau du procureur des États-Unis pour le Minnesota a annoncé qu’une plainte a été formulée contre un citoyen américain résidant de la Floride de 47 ans, Steve Shand. Il est accusé de passage de clandestins.

Gros plan sur le visage de Steve Shand.

Steve Shand, un Américain résidant en Floride, a été arrêté aux États-Unis et accusé de passage de clandestins.

Photo : Grand Forks County Correctional Centre

Le communiqué indique que des agents du Homeland Security Investigations ont répondu à une demande d’aide d’agents du U.S. Border Patrol de Pembina, au Dakota du Nord, mercredi. Ces derniers avaient arrêté une fourgonnette blanche de 15 places à moins de 1,6 km de la frontière avec le Canada, dans une région rurale.

Les policiers ont déterminé que les deux passagers étaient d’origine indienne. Ils étaient sans papiers.

Toujours selon le communiqué, des tasses en plastique, de l’eau et du jus en bouteille, ainsi que des collations se trouvaient dans le véhicule, qui avait été loué le 18 janvier par l’accusé. C’est à ce moment qu’il a été arrêté.

Lors du transport des trois individus, les agents de police ont croisé cinq autres personnes d’origine indienne à quelques centaines de mètres de la frontière.

Selon le communiqué, ces personnes ont expliqué qu’elles avaient traversé la frontière à pied, s’attendant à ce que quelqu’un vienne les chercher. Selon leurs estimations, elles marchaient depuis plus de 11 heures.

L’un des membres du groupe possédait un sac à dos qui ne lui appartenait pas. Il a déclaré qu’il portait le sac pour une famille de quatre personnes d’origine indienne qui avaient marché avec son groupe plus tôt, mais qui s’était séparée d’eux dans la nuit, poursuit le communiqué.

Le sac à dos contenait des vêtements d’enfant, une couche, des jouets et des médicaments pour enfant, ajoute le communiqué.

Le document indique que les quatre morts au Canada ont été provisoirement identifiés comme la famille de quatre personnes qui s’est séparée du groupe.

Deux des personnes qui ont dit avoir franchi la frontière ont été transportées à l’hôpital avec des blessures graves.

Steve Shand a comparu devant un juge de district américain qui a ordonné qu’il reste en détention jusqu’au 24 janvier, jour prévu de son audience préliminaire et de détention.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.