•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On ne peut pas se permettre d’assouplir davantage », estime François Legault

Le premier ministre François Legault en conférence de presse.

Le premier ministre François Legault juge que l'heure n'est pas encore venue de relâcher les mesures sanitaires mises de l'avant dans les derniers mois pour faire face à la cinquième vague de COVID-19 qui balaye le Québec.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Contrairement à l'Ontario, le Québec n'est pas encore mûr pour un relâchement sanitaire, estime le premier ministre François Legault.

On ne peut pas se permettre d'assouplir davantage, a-t-il déclaré en conférence de presse jeudi après-midi à Montréal, et ce, malgré la légère baisse des hospitalisations annoncée plus tôt dans la journée.

Accompagné du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique par intérim, le Dr Luc Boileau, M. Legault a reconnu être, tout comme la population, tanné des mesures sanitaires. Il a toutefois fait valoir qu'il se devait de suivre les recommandations de la santé publique.

Le premier ministre – qui a confirmé la semaine dernière la rentrée en présence dans les écoles et la levée du couvre-feu, notamment – n'a donc pas donné le feu vert à davantage d'assouplissements, jeudi, malgré le fait qu'il subit beaucoup de pression actuellement pour enlever les consignes.

Citant la santé publique, M. Legault a expliqué que le risque de faire grimper à nouveau les hospitalisations serait trop grand.

« Je préfère, avant d'annoncer les assouplissements, être certain qu'on peut se le permettre, et qu'on est capables, aussi, d'avoir assez de personnel dans nos hôpitaux. »

— Une citation de  François Legault, premier ministre du Québec

Je vous demande de rester prudents et patients, a-t-il ajouté. On va finir par s'en sortir.

En tout, il y a eu plus de 900 décès de la COVID-19 depuis le 1er janvier, un taux de mortalité bien supérieur à ceux rapportés par d'autres États occidentaux. Néanmoins, François Legault et son nouveau directeur de santé publique se veulent rassurants : la situation ne serait pas pire qu'ailleurs au pays. Vincent Maisonneuve a fouillé la question.

Le Québec au pic de la pandémie

Le gouvernement du Québec a fait état d'une légère baisse des hospitalisations jeudi matin, une première en plus d'un mois, mais déploré 98 décès de plus dus à la COVID-19.

La province compte un total de 3411 patients alités par la COVID-19, soit 14 de moins que la veille. De ce nombre, 285 se trouvent aux soins intensifs, un bilan stable par rapport à la veille.

À ce rythme, il ne sera donc pas nécessaire, selon le premier ministre, d'appliquer le Guide pour la priorisation et la gestion des hospitalisations élaboré par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), qui prévoit notamment une baisse de la qualité minimale des soins dans les hôpitaux.

Certaines mesures prévues dans ce guide sont pourtant déjà mises en œuvre.

Par exemple, le MSSS a publié une directive, jeudi, selon laquelle tout le réseau doit mettre en place un protocole pour permettre à certains patients souffrant de la COVID-19 de retourner à la maison avec une bouteille d'oxygène, en s'inspirant du projet pilote en cours à l'Hôpital général juif de Montréal.

Dans ses dernières projections, l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) prévoit une légère baisse des hospitalisations dans les prochaines semaines.

Mais ces projections ont une grande marge d'erreur, a souligné le premier ministre, jeudi. Il a ajouté que la situation restait difficile, le Québec étant au pic de la pandémie. Il a notamment rappelé que le réseau de la santé devait toujours composer avec l'absence de 12 000 travailleurs.

En Ontario, le gouvernement Ford a pourtant annoncé jeudi la réouverture des bars, des gyms et des restaurants, alors qu'au Québec des restaurateurs et propriétaires de bars s'impatientent et réclament une réouverture (Nouvelle fenêtre) rapide de leurs établissements.

Plus tôt dans la journée, la cheffe libérale Dominique Anglade avait également imploré le premier ministre d'au moins permettre les sports en milieu scolaire, invoquant la santé physique et mentale des jeunes. Le Dr Boileau a toutefois répliqué que la pratique des sports impliquait un ajout de contacts qu'il était préférable d'éviter.

François Legault a annoncé lors d'une conférence de presse aujourd'hui (20 janvier 2022) que le pic des hospitalisations au Québec est atteint, mais que les mesures sanitaires ne seraient pas allégées. On en discute avec le directeur national de santé publique du Québec par intérim, Dr Luc Boileau.

Un plan pour sensibiliser les non-vaccinés

À l'heure actuelle, 35 % des Québécois ont reçu leur troisième dose de vaccin anti-COVID – un taux qui atteint 72 % chez les 60 ans et plus, a souligné François Legault en conférence de presse.

Il est encore trop tôt, cependant, pour exiger des Québécois un passeport vaccinal prouvant qu'ils ont bel et bien reçu leur dose de rappel, ont convenu jeudi le premier ministre et son directeur national de santé publique par intérim.

Pour l'instant, le gouvernement tentera plutôt d'entrer en contact avec les quelque 560 000 adultes qui n'ont encore reçu aucune dose de vaccin anti-COVID afin de les sensibiliser.

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a reçu le mandat de mettre en place un programme pour essayer de [les] rejoindre, a fait savoir le premier ministre.

Plusieurs faux passeports vaccinaux délivrés dans les derniers mois seront également révoqués, a promis le ministre Dubé en réaction aux révélations de La Presse et à l'enquête déclenchée par l'Unité permanente anticorruption, cette semaine.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en conférence de presse.

« C'est criminel, ce qui s'est passé », a déclaré jeudi le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, au sujet de la circulation de faux passeports vaccinaux.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Par ailleurs, M. Legault a réagi au rapport publié mercredi par la commissaire à la santé et au bien-être, Joanne Castonguay (Nouvelle fenêtre), en faisant amende honorable en ce qui a trait à la gestion des établissements pour aînés au début de la pandémie. Je prends ma part de responsabilité pour ce qui est arrivé dans les CHSLD, a-t-il dit.

Le premier ministre a toutefois tenu à mettre les choses en perspective en évoquant des chiffres rendus publics jeudi par l'Institut de la statistique du Québec, selon lesquels les États-Unis et le Canada dans son ensemble ont enregistré un taux de surmortalité plus élevé que le Québec lors de la première vague.

Pour la période comprise entre le 1er mars 2020 et le 28 août 2021, [...] le nombre de décès observés a été de 3,7 % plus élevé que le nombre attendu au Québec, alors que la proportion s’élève à 4,7 % pour le reste du Canada, et à 16,8 % pour les États-Unis, peut-on lire dans la publication en question.

Cela dit, Christian Dubé a déjà commencé à faire des changements, a souligné François Legault, qui a chargé son ministre de préparer un plan de refondation du réseau de la santé. Ledit plan sera présenté bientôt, a promis le premier ministre.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !