•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l’aide aux parents qui paient des frais de garderie sans y envoyer leurs enfants

Des pieds adultes et d'enfants en cercle.

À l'Île-du-Prince-Édouard, les parents qui décident de garder leurs enfants à la maison, mais qui devaient payer pour conserver leur place à leur garderie n'auront plus à débourser des frais.

Photo : afp via getty images / Ina Fassbender

Radio-Canada

L’Île-du-Prince-Édouard remboursera des garderies pour permettre à des parents qui le désirent de garder leurs enfants à la maison. Jusqu'à maintenant, plusieurs parents qui faisaient ce choix devaient continuer à payer des frais de garderie afin de conserver leur place.

Selon la directrice générale de l’Association du Développement de la petite enfance de l’Î.-P.-É. (Early Childhood Development Association of P.E.I.), Jennifer Nangreaves, cela sera un poids de moins sur les épaules des parents.

La directrice a pris connaissance de ces nouvelles mesures lors d’une conférence virtuelle mercredi soir avec des responsables de la santé publique de l’Île-du-Prince-Édouard.

Selon elle, plusieurs familles ont retiré leurs enfants des garderies de la province pour éviter qu’ils contractent le virus, mais doivent continuer à payer des frais.

Le gouvernement provincial paiera directement les centres de la petite enfance pour qu’ils gardent ces places disponibles pour les familles, qui elles pourront prendre d’autres arrangements pour faire garder leurs enfants, selon ce qui leur convient.

Jennifer Nangreaves souhaite que cela permette de diminuer le nombre d’enfants dans les garderies de la province alors que le variant Omicron se propage comme une traînée de poudre.

Il n’y a pas de plan pour l’instant pour limiter le nombre d’enfants admis dans les garderies, mais si elles devaient fermer pour une période prolongée, les parents n’auraient pas à payer pour des services qui ne sont pas offerts, souligne Mme Nangreaves.

D'après un reportage de Julie Clow de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !