•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois policiers jugés pour leur passivité lors du meurtre de George Floyd

Un montage photo du portrait-robot de trois hommes.

Les trois ex-collègues de Derek Chauvin, J. Alexander Kueng, Thomas Lane et Tou Thao, accusés de complicité de meurtre au deuxième degré.

Photo : Associated Press / Bureau du shérif du comté de Hennepin

Agence France-Presse

Un policier blanc a déjà été condamné à 22 ans de prison pour avoir asphyxié l'Afro-Américain George Floyd. C'est désormais au tour de trois de ses collègues d'être jugés pour leurs actions, ou plutôt pour leur absence d'action, le jour du meurtre.

La justice fédérale a entamé jeudi la sélection des 12 jurés qui devront se prononcer sur la culpabilité de Tou Thao, Alexander Kueng et Thomas Lane, accusés d'avoir violé les lois américaines sur les droits civiques du quadragénaire noir.

Concrètement, il leur est reproché de ne pas lui avoir apporté d'aide, alors que George Floyd agonisait sous le genou de leur collègue, Derek Chauvin, le 25 mai 2020 à Minneapolis, dans le nord des États-Unis.

Ce jour-là, les quatre policiers avaient voulu arrêter l'Afro-Américain de 46 ans, soupçonné d'avoir acheté un paquet de cigarettes avec un faux billet de 20 $. Pour maîtriser cet homme à la stature imposante, ils l'avaient plaqué au sol, menotté, et avaient pris chacun leur position :

  • Derek Chauvin, un homme blanc ayant 19 ans d'expérience dans la police s'était agenouillé sur son cou.
  • Alexander Kueng, une nouvelle recrue noire, s'était installé sur son dos.
  • Thomas Lane, un trentenaire blanc embauché depuis peu, lui tenait les jambes.
  • Tou Thao, un Américain d'origine asiatique, depuis huit ans dans la police, gardait à distance les passants affolés par les supplications, puis les râles de George Floyd.

Ils étaient restés ainsi pendant près de 10 minutes.

Une murale dépeint le portrait de George Floyd. Des fleurs sont posées tout près.

George Floyd est décédé lors d'une intervention policière, le 25 mai 2020, à Minneapolis, dans le Minnesota.

Photo : afp via getty images / Chandan Khanna

La scène, filmée et mise en ligne, avait déclenché d'immenses manifestations contre le racisme et les violences policières dans tous les États-Unis et au-delà, et continue de nourrir une réflexion sur le passé raciste de l'Amérique.

La justice du Minnesota avait rapidement lancé des poursuites pour meurtre contre Derek Chauvin et pour complicité de meurtre contre ses collègues.

Doubles poursuites

Le premier, devenu pour de nombreux Américains l'incarnation des brutalités policières, a été jugé dans ce cadre au printemps et condamné à 22 ans et demi de prison. Le procès des trois autres devant la justice locale a été reporté à plusieurs reprises et doit finalement débuter le 13 juin prochain.

En parallèle, les procureurs fédéraux ont inculpé en mai les quatre agents pour violation des droits civiques de George Floyd, notamment à la liberté et à la sécurité. Ces doubles poursuites sont autorisées aux États-Unis, mais relativement rares, et reflètent l'importance de ce dossier hors norme.

Derek Chauvin écoute le juge lui annoncer sa sentence.

L'ancien policier de Minneapolis Derek Chauvin a présenté ses condoléances à la famille de George Floyd avant de connaître la peine qui lui était réservée, le 25 juin 2021.

Photo : Reuters

En décembre, Derek Chauvin a plaidé coupable dans ce volet fédéral, admettant pour la première fois une part de responsabilité dans le drame.

Ses trois collègues comparaîtront donc sans lui à partir de jeudi dans un tribunal fédéral de Saint-Paul, la ville jumelle de Minneapolis, où la sécurité a été renforcée. Leur procès marque une nouvelle étape importante dans le long et lent chemin vers la justice pour George Floyd et sa famille, a commenté l'avocat Ben Crump, qui défend les proches du défunt.

Ils sont accusés de ne pas avoir apporté les secours nécessaires au quadragénaire, malgré les signes de détresse médicale. Ils ont vu George Floyd allongé au sol, clairement en souffrance médicale, et, consciemment, ils ne lui ont pas fourni d'aide, agissant avec une indifférence délibérée, selon l'acte d'inculpation.

Tou Thao et Alexander Kueng se voient également reprocher de ne pas être intervenus pour dissuader Derek Chauvin d'exercer une force déraisonnable, alors qu'ils savaient que George Floyd était inconscient et n'avait plus de pouls.

L'acte d'inculpation ne précise pas pourquoi Thomas Lane n'est pas visé par ce chef d'inculpation, mais il avait à deux reprises suggéré à Derek Chauvin de positionner l'Afro-Américain sur son flanc.

Les trois hommes plaident non coupables. Les deux débutants devraient insister lors du procès sur l'ascendant exercé par Derek Chauvin, un policier chevronné. Tou Thao devrait, lui, dire qu'il se concentrait sur les passants et n'a pas prêté attention à la détresse de George Floyd.

Le juge en charge du procès a prévu deux jours pour sélectionner les 12 jurés et 6 suppléants. Vendredi, il a éliminé plusieurs personnes qui se disaient incapables d'être impartiales.

Le procès, qui pourrait entrer dans le vif du sujet dès lundi, pourrait durer quatre semaines, a prévenu le magistrat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !