•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le théâtre pour encourager la vaccination chez les jeunes Autochtones

Une pièce de théâtre de la troupe Debajehmujig Storytellers.

L'équipe de Debajehmujig Storytellers, qui collabore avec des professeures de l'EMNO, possède une expérience internationale en art du spectacle autochtone. (archives)

Photo : Debajehmujig Storytellers

Radio-Canada

Deux chercheuses de l’École de médecine du Nord de l’Ontario (EMNO) explorent le potentiel de l’art dramatique anichinabé pour sensibiliser les jeunes Autochtones aux bienfaits de la vaccination, dans l’espoir que davantage d’entre eux se feront vacciner.

Dans leur étude, Marion Maar et la Dre Maurianne Reade, professeures agrégées à l’EMNO, collaborent avec la troupe de théâtre Debajehmujig Storytellers, à Wiikwemkoong et les Premières Nations de l’île Manitoulin.

L’équipe utilisera des sondages et des consultations fondées sur le théâtre pour mieux comprendre comment les jeunes Autochtones vivent la pandémie, explique Mme Maar.

Les professeurs agrégées de l'EMNO Marion Maar et Maurianne Reade.

Marion Maar et la Dre Maurianne Reade sont les co-autrices d'une étude sur une approche basée sur l'art dramatique anichinabé pour augmenter les taux de vaccination.

Photo : École de médecine du Nord de l'Ontario

Comme dans d’autres régions, les adolescents et les jeunes adultes des Premières Nations enregistrent des taux inférieurs de vaccination par rapport à ceux des personnes plus âgées dans le Nord de l’Ontario, note la Dre Reade.

Le directeur artistique de Debajehmujig Storytellers, Bruce Naokwegijig, et la directrice générale, Joahnna Berti, vont créer un théâtre forum, qui mélange la fiction et des jeux sérieux, pour favoriser les discussions chez les jeunes au sujet des vaccins contre la COVID-19.

« Le plus important, nous invitons tous les jeunes à donner leurs perspectives afin de mettre en évidence les besoins particuliers des membres des communautés urbaines, rurales, des Premières Nations, métisses, de genres divers et LGBTQ2S. »

— Une citation de  Marion Maar, professeure agrégée à l'École de médecine du Nord de l'Ontario

Les chercheuses ont reçu une subvention de 200 000 $ des Instituts de recherche en santé du Canada pour mener leur étude qui s'échelonnera sur 2 ans.

Les résultats seront partagés avec les communautés autochtones et les bureaux de santé publique partout au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !