•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nombreux retraités participent aux efforts de vaccination du N.-B.

Un égoportrait de Paul Auffrey.

Paul Auffrey, retraité depuis huit ans, est l'un des nombreux bénévoles des cliniques de vaccination du Nouveau-Brunswick.

Photo : Facebook/Paul Auffrey

Radio-Canada

L’appel urgent lancé par le gouvernement du Nouveau-Brunswick mardi aura porté ses fruits. En une journée, plus de 1600 volontaires ont levé la main pour aider la province à endiguer la pandémie de COVID-19.

Mais depuis mars 2020, plusieurs personnes à la retraite avaient déjà choisi de faire leur part, notamment dans les cliniques de vaccination un peu partout sur le territoire.

C’est le cas de Suzanne Landry, retraitée depuis 2016. Quand on lui a demandé d’aller aider dans les cliniques, elle n’a pas hésité à se retrousser les manches. Ça m’a fait plaisir. Ça me faisait du social de plus et en même temps, ils cherchaient quelqu’un qui était habile avec les ordinateurs, et j’ai fait ça toute ma vie, raconte-t-elle.

Suzanne Landry.

Suzanne Landry encourage les gens qui sont en mesure d'aider à répondre à l'appel lancé par la province.

Photo : Radio-Canada

Paul Auffrey, qui a pris sa retraite il y a huit ans, trouvait pour sa part le temps un peu long lorsqu’il a accepté de contribuer aux efforts de vaccination. Mais il a surtout voulu faire du bénévolat pour aider la cause.

Plus de gens qu’on aura de vaccinés, plus vite on pourra sortir de cette pandémie, atteste-t-il.

Le sentiment de faire une différence

Suzanne Landry et Paul Auffrey se sentent tous les deux valorisés dans ces nouvelles fonctions. Ils encouragent les gens à répondre à l’appel lancé par la province, car ils constatent que de l’aide supplémentaire est importante.

Mme Landry appelle les gens qui sont en mesure de contribuer à le faire parce que c’est sûr et certain, il y a beaucoup d’employés de la santé qui sont en [isolement].

Plus il y a de bénévoles qui s’investissent, plus on pourra remplir les tâches pour aider les cliniques, soutient Paul Auffrey.

Les personnes intéressées peuvent désormais remplir ce formulaire (Nouvelle fenêtre). La province est à la recherche d’infirmières, de travailleurs sociaux, de professionnels de la santé formés à l’étranger et des préposés aux services de soutien à la personne, entre autres.

Toutes les personnes qui soumettent leur candidature seront contactées, mais la priorité sera accordée aux gens qui peuvent aider dans les secteurs où les besoins sont les plus criants.

D’après un reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !