•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario rouvre les bars, gyms et restaurants, mais avec des limites

Les partis d'opposition réclament des mesures pour que la réouverture soit sécuritaire.

Doug Ford en point de presse.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, dit que la situation s'améliore suffisamment pour commencer à assouplir les restrictions.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Les centres d'entraînement, les bars, les cinémas, les musées et les salles à manger des restaurants, notamment, pourront rouvrir le 31 janvier, mais le nombre de clients y sera limité de moitié.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, a confirmé jeudi midi la levée de ces restrictions en point de presse, en compagnie de sa ministre de la Santé, Christine Elliott, et du médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr Kieran Moore.

Les restrictions avaient été mises en place au début de janvier pour freiner la propagation fulgurante du variant Omicron et protéger la capacité des hôpitaux, avait expliqué M. Ford à l'époque.

Ce dernier dit que la situation s'améliore maintenant. Il cite entre autres le fait que les hospitalisations se stabilisent, le taux d'absentéisme du personnel est à la baisse et le taux de positivité des tests de dépistage PCR diminue.

« Le pire est derrière nous, on en est confiants. Nous sommes maintenant en position de lever prudemment et graduellement les mesures de santé publique. »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Le port du masque demeurera obligatoire dans les lieux publics et le passeport vaccinal continuera à être exigé dans les bars, les restaurants et les gyms, notamment.

Le gouvernement ontarien annonce également que les stades et les salles de concert pourront à nouveau accueillir des spectateurs à partir du 31 janvier, mais pas plus de 500 à la fois.

Les rassemblements seront limités à 10 personnes à l'intérieur et 25 à l'extérieur.

Il y a de l'espoir que vos sacrifices ont porté fruit, dit le Dr Moore. Il note lui aussi que le taux de positivité des tests PCR a baissé, après avoir dépassé 30 % au début de janvier. Mais il n'annonce aucun élargissement de l'accès à ces tests de dépistage.

Nous anticipons que la situation va continuer à s'améliorer dans les hôpitaux d'ici le 31 janvier, mais la situation demeurera difficile en février, selon le chef ontarien de la santé publique. Nous continuerons à avoir besoin de capacités aux soins intensifs, d'où l'appel du premier ministre enjoignant au public de se faire vacciner et de recevoir une dose de rappel.

Données épidémiologiques du 20 janvier

  • 4061 hospitalisations (-71)
  • 594 patients aux soins intensifs (+5)
  • 7757 nouveaux cas (il s'agit d'une sous-estimation des infections, en raison de l'accès limité aux tests de dépistage PCR)
  • 42 907 tests de dépistage au cours des dernières 24 h (taux de positivité de 15,9 %)
  • 75 morts de plus (la province indique que certains de ces décès remontent aux trois dernières semaines)
  • 4 éclosions de plus dans les foyers pour aînés pour un total de 351 (17 décès et 316 infections supplémentaires chez les résidents)

M. Ford, qui rappelle aux Ontariens de recevoir leur troisième dose de vaccin, admet que le mois de février présentera des défis pour les hôpitaux, mais il assure que la province pourra y faire face.

Mercredi, la ministre Elliott avait affirmé qu'il y avait des lueurs d'espoir à l'horizon. Selon elle, l'Ontario atteindra le pic des infections de la vague Omicron avant la fin du mois, suivi d'une baisse des hospitalisations.

Les écoles ont été rouvertes cette semaine, après environ deux semaines de cours en ligne.

Prochaines étapes

L'Ontario annonce aussi jeudi les deux prochaines étapes de son plan de déconfinement, avec un intervalle de 21 jours entre chacune.

Le premier ministre Ford et la ministre Elliott précisent que les tendances actuelles devront se maintenir pour aller de l'avant avec la réouverture.

21 février :

  • Levée des limites quant au nombre de clients dans les magasins, restaurants, bars et gyms, notamment.
  • Hausse du nombre de spectateurs dans les stades et les salles de concert; la limite sera de 50 % de la capacité normale
  • Augmentation de la taille des rassemblements (25 à l'intérieur et 100 à l'extérieur)

14 mars

  • Levée des limites d'achalandage dans tous les lieux publics intérieurs (le passeport vaccinal continuera à être exigé là où il l'était auparavant)
  • Augmentation de la taille des rassemblements (50 à l'intérieur; aucune limite à l'extérieur)

Cette dernière étape coïncide avec le début de la semaine de relâche scolaire en Ontario.

Trop tôt?

Le directeur scientifique du Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19, Peter Jüni, a affirmé en entrevue à CBC News jeudi matin qu'il était prématuré, selon lui, d'aller de l'avant avec une levée des restrictions.

« Il n'y a pas de données scientifiques en ce moment qui appuient cette réouverture. Il y a beaucoup de variables qui demeurent inconnues. »

— Une citation de  Peter Jüni, professeur en médecine à l'Université de Toronto

Selon lui, même si le nombre de nouvelles infections semble plafonner actuellement, il pourrait s'écouler beaucoup de temps avant qu'elles ne redescendent.

La province signale 75 décès supplémentaires jeudi, mais le bureau de la ministre la Santé indique que ces décès s'échelonnent sur une période de 19 jours.

Le nombre d'hospitalisations est légèrement en baisse jeudi, mais il y a plus de patients que la veille aux soins intensifs. Le taux de positivité des tests de dépistage PCR est à son niveau le plus faible en près d'un mois.

Dans les hôpitaux, les opérations non urgentes ont été annulées au début janvier, afin de libérer des lits pour les patients infectés par la COVID.

Le premier ministre Ford n'a pas précisé jeudi quand cette directive prendrait fin.

La ministre Elliott a affirmé qu'il faudrait d'abord que le nombre de patients aux soins intensifs diminue. La province prévoit atteindre le sommet d'ici la mi-février.

L'opposition réclame plus de protection

La chef néo-démocrate Andrea Horwath presse le gouvernement de mettre fin au cycle des fermetures-réouvertures en adoptant des mesures pour s’assurer que la levée des restrictions se fasse en toute sécurité.

La chef de l'opposition officielle, Andrea Horwath, en conférence de presse à Queen's Park.

La chef de l'opposition officielle, Andrea Horwath

Photo : Assemblée législative de l'Ontario

Elle réclame notamment l’accès aux tests de dépistage, 10 jours de congé de maladie payés pour tous les travailleurs et l’imposition du passeport vaccinal pour aller à la LCBO ou au magasin de cannabis comme c’est le cas au Québec.

Pour les gens dont l’opération a été annulée une fois de plus, pour les parents et les travailleurs de l’éducation, c’est frustrant de ne pas savoir quelles données ont mené à cette décision et c’est choquant qu’il n’y ait aucune aide, a déclaré Mme Horwath, qui accuse le premier ministre Doug Ford et le médecin hygiéniste en chef de se renvoyer la balle.

Le chef du Parti vert réclame lui aussi 10 jours de congé de maladie payés, une mesure qui doit être permanente. Trop de gens sont déchirés entre le fait d’aller au travail malades ou de rester la maison sans être payés, soutient Mike Schreiner, qui estime que la mesure est nécessaire pour protéger les plus vulnérables.

Le chef libéral Steven Del Duca remonte ses lunettes en écoutant la question d'un journaliste.

Le chef libéral Steven Del Duca

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Pour sa part, le chef libéral Steven Del Duca demande au gouvernement de rendre la troisième dose nécessaire pour l’obtention du certificat de vaccination.

Cette mesure va inciter les gens à recevoir leur vaccin de rappel, faire en sorte que la réouverture soit plus sécuritaire et nous permettre de recommencer à faire les choses que nous aimons plus rapidement, écrit-il dans un message sur Twitter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !