•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Natural Forces veut construire le plus important parc éolien en N.-É.

Une éolienne sous un soleil brillant.

Cette éolienne est l'une des 34 à Dalhousie Mountain, en Nouvelle-Écosse, où un parc éolien produit environ 51 mégawatts d'électricité. C'est l'un des plus grands parcs éoliens de la province.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Un projet de parc éolien dans le comté de Hants, en Nouvelle-Écosse, devrait devenir le plus grand générateur d'énergie éolienne de la province et donner un coup de pouce aux objectifs du gouvernement provincial en matière d'énergie renouvelable.

Natural Forces, une compagnie d'électricité d’Halifax, a présenté cette semaine ses plans pour le projet éolien de Benjamins Mills au ministère de l'Environnement de la Nouvelle-Écosse. L'entreprise demande l'autorisation de construire jusqu'à 28 éoliennes à environ 13 kilomètres au sud-ouest de la ville de Windsor.

Le parc éolien pourrait générer jusqu'à 150 mégawatts, soit suffisamment d'énergie pour alimenter jusqu'à 50 000 foyers.

La Nouvelle-Écosse a déjà des éoliennes, mais peu de fermes comparables à celle queNatural Forces veut construire.

Le projet éolien South Canoe dans le comté de Lunenburg détient actuellement le titre de plus grand projet de la Nouvelle-Écosse, avec 34 éoliennes et une capacité de production de 102 mégawatts.

Le projet Benjamins Mills aurait moins de turbines, mais elles seraient plus hautes, à 200 mètres du sol à l'extrémité des pales, et généreraient plus d'énergie.

« La technologie a parcouru un long chemin avec les éoliennes ces derniers temps.  »

— Une citation de  Meg Morris, responsable du développement chez Natural Forces
Cinq éoliennes en ligne.

Le parc éolien Pubnico Ouest compte 17 turbines qui produisent environ 30 mégawatts d'électricité, assez pour alimenter plus de 9 000 foyers.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Terrain déjà défriché

Selon les documents déposés auprès de la province, 24 des turbines seraient installées sur des terres privées louées et quatre sur des terres de la Couronne. Des zones qui étaient boisées, mais qui ont été coupées à blanc par l'industrie forestière. Dans sa proposition, l'entreprise suggère d'ailleurs que l'installation d'un parc éolien sur le site choisi serait une bonne utilisation d'un terrain déjà altéré par l'activité humaine.

La zone a l'avantage supplémentaire d'une élévation qui permettrait aux éoliennes de capturer des vitesses de vent élevées. Il y a aussi des routes forestières pour l'accès et des lignes de transmission à proximité pour se connecter au réseau électrique. C'est aussi un site à au moins un kilomètre de toute maison.

Si tout se passe comme prévu, Natural Forces veut commencer la construction vers la fin de 2022, dans le but de faire tourner les aubes de turbine d'ici 2024. Permis nécessaires. Mais il reste certaines étapes à franchir. D’abord ça prend l’approbation des gouvernements. Il faut des permis d'aménagement de la municipalité régionale de West Hants et une approbation environnementale de la province.

Le maire de West Hants, Abraham Zebian, dit que l'entreprise a déjà consulté la communauté et qu'il n'est au courant d'aucune opposition.Le public peut maintenant soumettre des commentaires au ministère de l'Environnement jusqu'au 17 février. La province a jusqu’au 9 mars pour prendre une décision.

Des éoliennes sur le bord de l'autoroute.

Les éoliennes font partie du paysage pour les automobilistes qui passent à Amherst, en Nouvelle-Écosse, au cours de la dernière décennie.

Photo : Reuters / Paul Darrow

En attente d'appels d'offres

Le parc éolien dépend aussi des contrats d'achat d'électricité, pour vendre l'énergie qu'il générerait. L'entreprise Natural Forces espère obtenir ses contrats grâce aux d'appels d'offres que la province compte ouvrir cette année, qui concerne exclusivement les énergies renouvelables.

Nous nous attendons à plus d'opportunités à venir,dit Meg Morris. La province s'est fixé des objectifs très ambitieux en matière d'énergie renouvelable, donc pour atteindre ces objectifs, elle aura besoin de nombreux projets.

L'ampleur du projet pourrait changer si l’entreprise n’arrive pas à sécuriser l’achat de toute son électricité. Natural Forces a des plans d'urgence pour réduire la taille de son parc à seulement huit turbines, qui généreraient 50 mégawatts.

Même si ce projet allait de l'avant à grande échelle, il y aurait encore un long chemin à parcourir pour que la Nouvelle-Écosse atteigne son objectif d'utiliser 80 % d'énergie renouvelable d'ici 2030.

En ce moment, seulement 30 % de l'électricité de la Nouvelle-Écosse provient de sources renouvelables. Environ les deux tiers de cette énergie sont générés par le vent. Nova Scotia Power prévoit d'augmenter l'utilisation des énergies renouvelables à 60 % cette année.

Avec les information de Taryn Grant de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !